Numismatique de l'antiquité
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Monnaies de l'antiquité
 
Le siteLe site  AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32 ... 35 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeJeu 24 Sep - 1:00

385

La légende du Trident

Les monnaies grecques des liens ci-dessous, d’Amphilopolis (Macédoine), Byzantion (Thrace), Raukos (Crète), Lipara, Syracuse et Zancle (Sicile), et de l’Italie centrale, portent sur leurs avers soit Poséidon (Neptune) debout de face, tenant les rênes d’un cheval debout à droite derrière lui, soit les têtes à gauche de Poséidon (Neptune), Apollon (Phébée),  Strymon (voir mon post n.º 209, sur La légende de Strymon, dans cette série), et de la nymphe Pélorias (voir le post n.º 179, La légende de Pélorias, dans cette série)  soit la pointe d’une lance vers le haut, soit une ancre, soit un protome de taureau avançant à gauche sur un dauphin, la patte antérieure droite levée, et, sur les revers, une tête de trident, simple ou ornée, vers le haut ou vers le bas, accompagnée ou non d’autres symboles: balles, coquilles, dauphins, lion.    

http://www.acsearch.info/record.html?id=12246

http://www.acsearch.info/record.html?id=21306

http://www.acsearch.info/record.html?id=21430

http://www.acsearch.info/record.html?id=21721

http://www.acsearch.info/record.html?id=21774

http://www.acsearch.info/record.html?id=24491

http://www.acsearch.info/record.html?id=44170

http://www.acsearch.info/record.html?id=45101

http://www.acsearch.info/record.html?id=51598

http://www.acsearch.info/record.html?id=70699

capello  D’après la mythologie gréco-romaine, le trident, un harpon de pêche à trois pointes était le principal attribut de Poséidon (Neptune), le dieu de la mer. Sur les monnaies antiques le trident apparaît tenu non seulement par ce dieu, mais souvent aussi par d’autres divinités, héros ou personnifications en rapport avec la mer. Cependant, je ne traite ici que des monnaies dont les revers présentent le trident comme motif central.

Poséidon usa sont trident pour créer des sources d’eau et le cheval  animaux15  (voir mes posts n.º 270, La dispute entre Poséidon et Athéna pour le patronnage d’Athènes, et n.º 326, La légende de Skyphios). Il était connu aussi comme le « Secoueur de la terre » car, lorsqu’il, en colère  grr1 , frappait le sol avec le trident, il causait des forts tremblements  hein69  . Il l’usait aussi pour provoquer les hautes marées, les tsunamis et les tempêtes marines.


Dernière édition par Emblémiste le Jeu 24 Juil - 23:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fred
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Fred

Age : 47
Localisation : Un Liégeois en Herault (34)
Date d'inscription : 03/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeJeu 24 Sep - 14:07

je ne sais pas si Thanatos a été traité, je ne savais même pas qu'il y avait des monnaies sur lui : http://www.vcoins.com/ancient/ane/store/viewItem.asp?idProduct=4901

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Baniere_animee
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Abaloneb
Revenir en haut Aller en bas
http://monnaies-romaines.net/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeJeu 24 Sep - 14:42

Fred a écrit:
je ne sais pas si Thanatos a été traité, je ne savais même pas qu'il y avait des monnaies sur lui : http://www.vcoins.com/ancient/ane/store/viewItem.asp?idProduct=4901

Oui Fred, j'ai traité Thanatos dans le post 216. oui A la conclusion de la série je preparerai un sommaire par ordre aplhabétique. Wink


Dernière édition par Emblémiste le Mar 30 Mar - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fred
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Fred

Age : 47
Localisation : Un Liégeois en Herault (34)
Date d'inscription : 03/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeJeu 24 Sep - 23:51

pfffffiou, ça montre l'ampleur de ton boulot !

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Baniere_animee
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Abaloneb
Revenir en haut Aller en bas
http://monnaies-romaines.net/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeVen 25 Sep - 2:10

386

La légende de Janus

Les monnaies républicaines, impériales et provinciales romaines des liens ci-dessous, de Panormos (Sicile), Rome (Italie) et Lyon (Gaule), portent sur leurs avers soit la tête de Janus Bifrons, soit un bouc debout à droite et Janus Bifrons au dessous, soit les têtes ou bustes à droite ou à gauche de Néron, Hadrien, Antonin le Pieux, Commode, Pertinax et Geta, et, sur les revers, soit l’incuse du Janus Bifrons de l’avers, soit une aile d’oiseau, soit un petit oiseau debout à droite dans une couronne de feuilles, soit un aigle aux ailes ouvertes debout à droite, soit la louve allaitant Romulus et Rémus (voir mon post n.º 373, La légende de Romulus et Rémus), soit la Victoire debout à droite couronnant un trophée ou l’attachant un casque, soit Rome debout à gauche tenant un sceptre et couronnant un trophée, soit la pointe d’une lance et la mâchoire d’un ours, soit la proue d’une gallère à droite, soit une légende dans une couronne de feuilles, soit la statue de Janus debout de face tenant une lance ou sceptre et la foudre, en plein air ou dans un petit temple, soit le Temple de Janus en différentes formes avec la porte fermée,        

http://www.acsearch.info/record.html?id=138908

http://www.acsearch.info/record.html?id=78699

http://www.acsearch.info/record.html?id=85353

http://www.acsearch.info/search.html?search=Janus&view_mode=1&en=1&de=1&fr=1&it=1#3

http://www.acsearch.info/search.html?search=Janus&view_mode=1&en=1&de=1&fr=1&it=1&page=2#0

http://www.acsearch.info/record.html?id=23051

http://www.acsearch.info/record.html?id=56311

http://www.acsearch.info/record.html?id=91682

http://www.coinarchives.com/a/results.php?search=Janus&s=0&results=100

La tête de Janus Bifrons sur les monnaies sont toujours barbues. Les têtes masculines janiformes aux jeunes faces imberbes, souvent identifiées comme Janus, ont été mieux identifiées comme les Pénates (voir  mon post n.º 344, La légende des Pénates), les Dioscures (voir mon post n.º 43, La légende des Dioscures (Castor et Pollux)) ou Fontus (voir mon post suivant).

capello Dans la mythologie romaine, Janus était le dieu des portes (de janua, « porte » en latin), car il gardait les portes du ciel et du domaine des Dieux. Il était représenté avec deux visages, l'un tourné vers le passé et l'autre tourné vers le futur, parce que chaque porte ouvre sur deux possibilités, et tenant de la main gauche une clef, et de la droite une verge, pour marquer qu'il était le gardien des portes et qu'il présidait aux chemins. Ses statues marquent souvent de la main droite le nombre de trois cents, et de la gauche celui de soixante-cinq, pour exprimer la mesure de l'année. Il était invoqué le premier lorsqu'on faisait un sacrifice à quelque autre dieu.

Il aurait sauvé Rome en faisant surgir une source chaude devant les pieds des guerriers sabins que Tarpeia avait fait entrer dans la citadelle (voir mon post n.º  222, La légende de Tarpeia). Le roi Numa Pompilius king3 lui fit bâtir un temple qui restait ouvert en temps de guerre afin qu'il puisse porter secours aux Romains, et qu'on fermait en temps de paix. Ce temple fut fermé une fois sous le règne de Numa ; la seconde fois après la deuxième guerre punique, et trois fois, à divers intervalles, sous le règne d'Auguste king3 . Le premier jour du mois et le premier jour de l'année lui étaient consacrés (d'où Janvier que Numa fit passer de la 11ème place à la première). hein69

Les mythologues ne sont pas d'accord sur son origine Embarassed . Les uns le font Scythe ; les autres, originaire du pays des Perrhèbes, peuple de Thessalie ; enfin, d'autres en font un fils d'Apollon (Phébée) et de Créuse fille , fille d'Érechtée, roi d'Athènes king3 , ce qui ferait de lui un parfait équivalent latin du héros grec Ion, fils traditionnel d'Apollon et de cette princesse athénienne. Devenu grand, Janus, ayant équipé une flotte, aborda en Italie, y fit des conquêtes et bâtit une ville qu'il appela de son nom Janicule. Toutes ces origines sont obscures et confondues. Mais la légende le fait régner, dès les premiers âges, dans le Latium. Saturne, chassé du ciel, se réfugia dans ce pays, et fut accueilli par Janus qui même l'associa à sa royauté (voir mon post n.º 335, La légende de Cronos/Saturne). Par reconnaissance, le dieu détrôné le doua d'une rare prudence qui rendait le passé et l'avenir toujours présents à ses yeux Shocked , ce qu'on a exprimé en le représentant avec deux visages tournés en sens contraires.

Ovide, dans le premier chant des Fastes consacré au mois de janvier, identifie Janus au Chaos des Grecs, racontant que lorsque les éléments formant la matière première de l'univers (l'air, l'eau, la terre et le feu) eurent été séparés, le corps d'un dieu se dégagea de cette matière, et que ce dieu fut Janus, dont le double visage est la seule trace de l'état de confusion cosmique qui précéda sa venue au monde.

Selon une autre tradition issue de l'âge de bronze, pour les peuples italiques d'origine et non indo-européens, Janus serait le « Dieu des Dieux », le tout premier être divin issu du Chaos. L'arrivée des Indo-Européens, ainsi que de leurs croyances, en Italie aurait ainsi modifié le panthéon local.

Janus était le père de Fontus (Fons, Fontanus), le dieu des sources et des eaux courantes, eut de Juturne danseuse3 ; de Proca, né de l'union avec la nymphe Cama  bisou17  ; de Tibérinus qui s'est noyé dans le Tibre, fleuve qui porte son nom, né de l'union avec Camisé bisou17 (voir mon post n.º 218, La légende de Tibérinus) ; de Canens, la personnification du chant, qu'il maria à Picus, fils de Saturne né dans le Latium après son exil sur terre, et que la magicienne Circé (voir mon post n.º 109, La légende d'Ulysse et Circé), par dépit amoureux grr1 , devait plus tard changer en pic-vert. Par elle, il fut le grand-père maternel de Faunus, l'arrière-grand-père de Latinus  king3 (voir mon post n.º 358, La légende de Latinus) et l'ancêtre d'une longue lignée royale.

On lui prête également des amours heureuses avec la déesse des eaux douces Venilia  confused  et, selon Ovide, avec la nymphe Cardea ou Carna amour60 qu'il parvint à vaincre lors d'un défi — grâce à son double visage — et qui lui accorda ses faveurs à l'issue de sa défaite. Aussi en retour en fit-il une déesse, présidant aux gonds des portes et chargée, en parallèle, de protéger la santé des nouveau-nés, et notamment le bon développement de leurs organes.

Enfin, certains lui attribuent pour guides l'antique déesse Jana ou Diana, et voient dans ce couple de divinités exclusivement latines un parfait équivalent de celui formé en Grèce par Apollon et Artémis, à laquelle Diana fut rapidement identifiée.

Ovide dit que Janus avait un double visage parce qu'il exerçait son pouvoir sur le ciel, sur la mer comme sur la terre ; il était aussi ancien que le monde ; tout s'ouvrait ou se fermait à sa volonté. Lui seul gouvernait la vaste étendue de l'univers. Il présidait aux portes du ciel, et les gardait de concert avec les Heures. Il observait en même temps l'orient et l'occident.

Il y avait plusieurs temples de Janus à Rome : les uns de Janus Bifrons, les autres de Janus Quadrifrons. Au-delà de la porte du Janicule, en dehors des murs de Rome, on avait élevé douze autels à Janus, un pour chaque mois de l'année oui .

André Alciat dédia a Janus l’emblème 18, Prudentes, de son Livret des Emblèmes, dont voici quelques traductions en vieux français :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FALb018

Les sages.

PROBLEME.

Jan a deux chefz, temps passé, & suyvant
Voyant derriere, ainsi comme devant.
Pourquoy has tu quatre yeulx, double visage ?
Est ce pourtant que tu fuz homme sage ?

LES PRUDENS ET bien-advisez.

Janus à double chef, qui tout le temps suyvant
Cognois comme celuy qui est passé devant :
Qui n’es jamais deceu de quelque piperie,
Soit devant ou derriere, exempt de moquerie,
Pourquoy t’ont les anciens ainsi representé ?
N’est-ce point qu’en tes faicts fort prudent as esté ?

Les prudents.

Janus au double front, qui ce qui est arriere
Connois, & l’advenir, vois devant & derriere,
Pourquoy as-tu tant d’yeux, pourquoy plus d’un visage ?
Pour figurer au vray l’homme prudent & sage.

Guillaume de La Perrière lui dédia l’emblème 1 de son Le theatre des bons engins :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FLPa001

Le dieu Janus jadis à deux visaiges,
Noz anciens ont pourtraict, et tracé :
Pour demonstrer que l’advis des gents saiges,
Vise au futur, aussi bien qu’au passé.
Tout temps doibt estre en effect compassé,
Et du passé avoir la recordance,
Pour au futur preveoir en providence,
Suyvant vertu en toute qualité.
Qui le fera verra par evidence,
Qu’il pourra vivre en grand’ tranquilité.


Dernière édition par Emblémiste le Sam 2 Aoû - 23:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 1:51

387

La légende de Fontus (Fons, Fontanus)

Les monnaies républicaines romaines du lien ci-dessous, du monnayeur C. Fonteius, portent sur les avers la tête janifome de Fontus (Fons, Fontanus), et, sur les revers, soit une gallère navigant à gauche avec un pilote et trois rameurs, soit l’incuse de l’avers.

http://www.acsearch.info/search.html?search=Fontus&view_mode=1&en=1&de=1&fr=1&it=1#0

D’après les fiches de quelques unes de ces monnaies, la tête janiforme sur les avers, traditionnellement identifiée comme Fontus (Fons, Fontanus), pourrait constituer un jeu de mots  Very Happy  avec la gens Fonteia qui prétendait descendre directement de ce dieu. Cependant, pour M. Crawford, il s’agirait plutôt d’une représentation janiforme des Dioscures (voir mon post n.º 43, La légende des Dioscures (Castor et Pollux)). Le même auteur rappelle que la gens Fonteia était originaire de Tusculum où les jumeaux Castor et Pollux étaient honorés. Dans ce cas, le revers à la gallère pourrait être une allusion à P. Fonteius Capitus, ancêtre du monétaire, préteur en Sardaigne en 169 avant J.-C. et qui aurait remporté une victoire navale ou une allusion à l’origine marine de Telegonus, fondateur de Tusculum.

capello  Dans la mythologie romaine, Fontus (appelé aussi Fons ou Fontanus) était le dieu des sources et des eaux courantes. Il serait le fils de Janus et de Juturne  fille (voir mon post précédent).

À Rome, un temple lui était dédié au nord du Capitole. Les Romains célébraient ce dieu le 13 octobre lors des Fontinales (Fontanalia) ; on jetait des couronnes dans les sources, couronnait la margelle des puits et on offrait des libations  soif102  devant la porte Fontinale à Rome.

Voici un lieu sur ce sujet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fontus


Dernière édition par Emblémiste le Jeu 24 Juil - 23:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 2:04

Chers amis salut . Je dois interrompre cette série pour dix jours pendant lesquels je serais absent de Brasilia. Cependant, je chercherai à participer regulièrement à la vie du forum. incl22
Revenir en haut Aller en bas
Loutre
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Loutre

Age : 51
Localisation : Rotomagvs
Date d'inscription : 08/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 9:29

A très bientôt Emblémiste et encore merci pour ton superbe travail.

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 166zyc2MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 72vtb8
Revenir en haut Aller en bas
Marc
COS VII
COS VII
Marc

Age : 56
Localisation : Hélas Région Parisienne HELAS !!!
Date d'inscription : 10/12/2008

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 9:56

Prends bien soin de toi Emblémiste et reviens nous vite car sans toi le forum sera bien vide
Revenir en haut Aller en bas
Fred
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Fred

Age : 47
Localisation : Un Liégeois en Herault (34)
Date d'inscription : 03/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 10:30

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_biggrin bon voyage alors, reviens nous en forme MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Clin

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Baniere_animee
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Abaloneb
Revenir en haut Aller en bas
http://monnaies-romaines.net/
IOVI
AVGVSTVS
AVGVSTVS
IOVI

Age : 54
Localisation : L'Olympe en Vaucluse
Date d'inscription : 06/02/2008

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 10:31

A plus pour de nouvelles aventures ! MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Clin

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 D75ozMONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 2nu7vif
Revenir en haut Aller en bas
http://lesmonnaiesdeprobus.blogspot.com/
Bruno
Pontif
Pontif
Bruno

Age : 69
Date d'inscription : 21/05/2008

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 10:52

coucou à bientôt de te lire Oh Grand Manitou Légendériste Wink ...
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeSam 26 Sep - 14:42

merci les amis ! forum55


Dernière édition par Emblémiste le Mar 9 Fév - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fred
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Fred

Age : 47
Localisation : Un Liégeois en Herault (34)
Date d'inscription : 03/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeDim 27 Sep - 2:06

en bon flemmard, je me demande encore si tu as un post sur ce sujet : http://www.vcoins.com/ancient/rohde/store/viewItem.asp?idProduct=11742

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Baniere_animee
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Abaloneb
Revenir en haut Aller en bas
http://monnaies-romaines.net/
vinc
modérateur
modérateur
vinc

Age : 50
Localisation : Hérault
Date d'inscription : 28/09/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeDim 27 Sep - 3:33

Merci,
je découvre, j'apprends, merci pour tout Emblémiste, un vrais bonheur
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Super20 et MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Super21
Bon, merci aussi à Fred pour avoir créer le forum MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Mdr71

_________________
http://omnifrance.bbfr.net/forum.htm
http://numismate.forumactif.com/forum.htm
"...Soyez réaliste, demandez l'impossible..."
Revenir en haut Aller en bas
http://omnifrance.bbfr.net/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeDim 27 Sep - 6:07

Fred a écrit:
en bon flemmard, je me demande encore si tu as un post sur ce sujet : http://www.vcoins.com/ancient/rohde/store/viewItem.asp?idProduct=11742

Non Fred, je crois que je n'ai pas traité ce thème. Je vais le rechercher à mon retour.

merci vinc. super1


Dernière édition par Emblémiste le Mar 9 Fév - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeLun 28 Sep - 1:26

Fred a écrit:
http://www.vcoins.com/ancient/rohde/store/viewItem.asp?idProduct=11742

Cher Fred, après une rapide recherche, je suis arrivé à la conclusion que cette monnaie n'a pas un lieu dans ma série, où je traite surtout des images qui ont rapport à quelque légende. L'effigie de l'avers, Demos, n'est que la personnification du peuple. Des figures du revers, les deux latérales sont des déesses olympiennes dont la scène ne représente aucun épisode particulier. La figure centrale, identifiée comme Sozon, est une divinité très obscure, parfois classifiée comme un dieu cavalier anatolien, parfois comme une divinité marine du sud de l'Asie mineure, mais dont je n'ai trouvé de renseignements plus précis. Il y avait aussi une ville grecque de ce nom. Dans les fiches que j'ai examiné de monnaies où supposément Sozon apparaît, son nom est souvent suivi d'un point d'intérrogation. Si tu as d'autres données qui indiquent qu'il revêt quelque intérêt légendaire, je te prie de me le faire savoir. Wink merci
Revenir en haut Aller en bas
Fred
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Fred

Age : 47
Localisation : Un Liégeois en Herault (34)
Date d'inscription : 03/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeLun 28 Sep - 6:52

je te remercie de tes renseignements, non je n'ai pas d'autres infos, ce sont les personnages qui m'intiguaient.

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Baniere_animee
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Abaloneb
Revenir en haut Aller en bas
http://monnaies-romaines.net/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeLun 5 Oct - 3:01

388

La légende de Kazanes

La monnaie provinciale romaine du lien ci-dessous, de Themisonium, Phrygie, porte sur l’avers le buste de Sozon à droite, et, sur le revers, le dieu-fleuve Kazanes gisant à gauche, tenant une herbe dans sa main droite et appuyé sur une amphore renversée d’où l’eau s’écoule.

http://www.cngcoins.com/Coin.aspx?CoinID=132149

capello La rivière Kazanes, appelée aujourd’hui Karayük Çay, en Turquie, est un tributaire du fleuve Indus.

Sozon, la figure dont le buste radié apparaît sur l’avers de la monnaie ci-dessus, était un dieu cavalier phrygien, une transformation provinciale d’Apollon (Phébée). Sur les revers d’autres monnaies il apparaît à côté de son cheval cavalier et d’Héraclès (Hercule) viking et Hermès (Mercure) ou entre Déméter (Cérès) et Artémis (Diane).

L’ancienne ville de Themisonium, dans le site de l’actuelle Karayuk Bazar, fut originalement une fondation seleucide dans la vallée supérieure de l’Indus et de son affluent Kazanes. C’était une station sur la route de Laodicée vers le sud à Cibyre, a mi-chemin entre ces deux cités. Son nom dériva de Themison Embarassed, la favori d’Antiochus II king3, et sa fondation date probablement d’environ 251-246 av. J.-C.


Dernière édition par Emblémiste le Lun 9 Avr - 0:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeMar 6 Oct - 3:52

389

La légende d’Akragas

Les monnaies grecques des liens ci-dessous, d’Akragas, Sicile, portent sur les avers la tête du dieu-fleuve Akragas à gauche, et, sur les revers, un aigle à gauche perché sur un chapiteau ionien, sa tête tournée à droite, et un crabe du côté gauche et six balles du côté droit.

http://www.acsearch.info/record.html?id=13573

http://www.acsearch.info/record.html?id=30256

capello L’ancienne cité grecque d’Akragas (du nom du fleuve qui la bordait à l’est), aujourd’hui Agrigente, en Italie (Agrigentum en latin, Agrigento en italien et Girgenti en sicilien), était une colonie fondée par des Grecs venus de la voisine cité de Géla (elle-même colonie grecque fondée par Rhodes et les Crétois), en environ 582 av. J.-C., sur un fertile territoire sicanien de la côte sud de la Sicile, grâce auquel elle s'imposa très vite comme l'une des colonies les plus brillantes et les plus prospères de l'Occident hellénique fumeur , seule inférieure à Syracuse, en dépit du fait qu’elle fut la dernière cité importante fondée par les Grecs en Sicile. Elle était située sur une hauteur à peu de kilomètres de la mer et près de la confluence des fleuves Akragas (l’actuel Fiume San Biagio) et Hypsas (voir mon post 127, La légende d’Hypsas et Sélinos). D’après Pindare dans ses Olympiques, c’était la plus belle des cités mortelles.

Elle frappa monnaie à partir de 510 avant J.-C. Le crabe qui figure sur ses monnaies est aussi un symbole du fleuve Akragas.

Akragas connut une expansion géographique au VIe siècle av. J.-C. sous la direction des tyrans. Le premier en était le semi-mythique Phalaris (env. 570-554 av. J.-C.) et l'apogée arriva avec Théron en 488 av. J.-C., qui serait victorieux des Carthaginois à la bataille d'Himère en 480 av. J.-C. La ville s'embellit grâce à la main d'œuvre capturée lors de cette bataille. La Vallée des Temples fut entourée d'une muraille de 12 kilomètres. Akragas s'enrichit dans le commerce du vin et de l'huile, notamment avec Carthage.

En -406 Hannibal l’assiégea : il interdit le relèvement des remparts, détruit le temple d'Athéna grr2 et massacra une partie des habitants hein69 . En -339 les Carthaginois sont vaincus, Timoléon reconstruit la muraille et la ville. Pendant la Première Guerre Punique (264-241 av. J.-C.), Akragas fut prise par les Romains Legio cent1 cent1 cent1 cent1 cent1 en -262. En -211, lors de la Seconde Guerre Punique, la ville tomba définitivement dans le giron des Romains, qui l’appellèrent Agrigentum, mais elle maintint son importance comme un centre commercial et agraire, exportant non seulement des denrées agricoles mais aussi des textiles et du soufre. Ses habitant reçurent la pleine citoyenneté romaine ensuite à la mort de Jules César en -44. En 228 de notre ère les Arabes la prirent puis l'abandonnèrent. Ils la rebaptisèrent Kerkent ou Gergent.

Akragas possédait au milieu du Ve siècle av. J.-C. plus de temples qu'il n'y en a sur l'acropole athénienne. Les destructions perpétrées par les Carthaginois lors du sac de -406 ruinèrent la cité mais celle-ci ressuscita à partir de -338 par l'initiative de Timoléon de Syracuse  avec des colons de Veha en Lucanie, et connut une nouvelle prospérité à la faveur de la paix romaine. Outre les ruines du grand sanctuaire de Zeus (Jupiter) olympien – le plus grand de l'Antiquité grecque après l'Artémision d’Ephèse et le Didyméion de Milet – la Vallée des Temples offre encore au regard des visiteurs les restes grandioses de ceux d'Héraclès (Hercule) viking (voir mon post n.º 390, La légende d'Héraclès (Hercule)), d’Héra (Junon), des Dioscures (voir mon post n.º 43, La légende des Dioscures (Castor et Pollux)) et de la Concorde. Sur la colline de Girgenti, l'église Santa Maria dei Greci est elle-même construite sur les ruines d'un temple d'Athéna (Pallas, Minerve) et l'église San Biagio sur celles d'un sanctuaire de Déméter (Cérès).

Voici quelques liens pour cette cité :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Agrigente

http://en.wikisource.org/wiki/1911_Encyclop%C3%A6dia_Britannica/Agrigentum (en anglais)

http://en.wikipedia.org/wiki/Agrigento (en anglais)


Dernière édition par Emblémiste le Lun 4 Aoû - 4:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loutre
AVGVSTVS
AVGVSTVS
Loutre

Age : 51
Localisation : Rotomagvs
Date d'inscription : 08/02/2006

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeMar 6 Oct - 9:44

Toujours un bonheur de te lire Emblémiste. merci :salut6:

_________________
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 166zyc2MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 72vtb8
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeMar 6 Oct - 14:50

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 488185 Loutre. forum55


Dernière édition par Emblémiste le Sam 24 Avr - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeMer 7 Oct - 2:42

5 (Nouvelle édition révisée)

La légende de Triptolème

Les monnaies grecques, républicaines et provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Akragas et Enna (Sicile), Alexandrie (Egypte), Anazarbus et Mallus (Cilicie), Anchialus (Macédoine), Athènes (Attique), Byzie, Hadrianopolis et Perinthus (Thrace) et Cyzique (Mysie), portent sur leurs avers ou revers Triptolème debout à droite ou à gauche conduisant un char tiré par deux serpents ou dragons ailés, et, sur les avers, soit la tête d’Athéna (Pallas, Minerve) casquée à droite, soit une tête féminine à droite (Perséphone ?), soit celle de Triptolème à droite ou à gauche, soit Triptolème assis à droite ou à gauche sur un char ailé tiré par deux serpents ou dragons, soit Triptolème debout à droite ou à gauche, soit les têtes ou bustes à droite de Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Caracalla, Elagabale, Sévère Alexandre et Philippe I l’Arabe, soit les bustes de Gordien III et son épouse Tranquillina face à face, et, sur les revers, soit une chouette debout à droite, tête de face, perchée sur une amphore couchée, et, du côtè droite, Triptolème debout sur un char tiré par deux serpents ou dragons ailés à gauche, soit un cheval sautant à droite, soit un cochon debout à droite ou à gauche sur un bâton mystique, soit un aigle debout au dessus d’un lion à gauche, soit deux serpents ou dragons ailés tirant une charrue à droite, soit un carré quadriparti incuse, soit la tête de la Gorgonne de face.    

http://www.acsearch.info/search.html?search=Triptolemos&view_mode=1&cac=1&cng=1&fac=1#5

http://www.acsearch.info/search.html?search=Triptolemos&view_mode=1&cac=1&cng=1&fac=1&page=2#6

http://www.acsearch.info/search.html?search=Triptolemos&view_mode=1&cac=1&cng=1&fac=1&page=3#0

http://www.acsearch.info/search.html?search=Triptolemos&view_mode=1&cac=1&cng=1&fac=1&page=4#0

La légende de Triptolème, l’introducteur de l’agriculture grâce à l’aide de Déméter (Cérès), est racontée par Ovide dans les Métamorphoses (Livre V, 642-662). Il était un demi-dieu des mystères éleusiens, qui présidait l’ensemencement des grains et le moulage du blé. Son nom signifie « celui qui triture les écorces ».

capello  Dans la plus ancienne légende, il était simplement considéré comme un roi d'Eleusis king3 , en Attique. Puis, il passa pour le fils du roi Céléos king3 et de sa femme Métanire fille , ou Polymnia geek, et le frère de Démophon Shocked . D'autres traditions en firent le fils de Dysaulès et de Baubô, ou celui du héros Eleusis et Cothonea (ou Cyntinea ou Hyona) geek, voire celui d'Océan (voir mon post n.º 331, La légende d’Océan) et de Gaïa (la Terre) (voir mon post n.º 424, La légende de Gaïa (Gé, Tellus)), ce que revient à faire de lui un autochtone. Pausanias affirmait que Cercyon et Triptolème étaient tous deux fils d'une fille d'Amphictyon, mais que Raros était le père de Triptolème, et Poséidon celui de Cercyon.

En récompense de l'hospitalité que Déméter avait reçue de Céléos à Eleusis, alors que, à la recherche de sa fille Perséphone (voir mon post n.º 29, La légende de Cérès et Perséphone/Proserpine), la déesse prit l'apparence d'une vieille femme, elle donna à Triptolème un char tiré par deux serpents ou dragons serpent serpent ailés et des grains de blé, et lui ordonna de parcourir le monde en les semant partout et repandant la civilisation qui découlait de l’agriculture. Il aurait été l’inventeur de la charrue oui . Selon Xénophon, il apprit d'abord l'agriculture à Héraclès (Hercule) viking (voir mon post n.º 390, La légende d'Héraclès (Hercule)), puis aux Dioscures (voir mon post n.º 43, La légende des Dioscures (Castor et Pollux)). Ovide raconte qu'au cours de son périple, il descendit chez Lyncée, en Scythie. Jaloux de la faveur que montrait la déesse à Triptolème, et voulant s’attribuer la gloire d’avoir donné à sa patrie de bonnes récoltes, Lyncée voulut l'attaquer à la nuit tombée mais fut métamorphosé en lynx par Déméter, qui, en outre, empêcha l’agriculture en Scythie.

En certains pays, Triptolème se heurta à de vives résistances. Par exemple, le roi des Gètes, Carnabon king3 , tua l'un de ses serpents ou dragons serpent , mais Déméter le remplaça aussitôt par un autre serpent . Ailleurs, à Patras, Anthéias, le fils d'Eumélos, tenta d'atteler les bêtes serpentserpent au char divin pendant le sommeil du héros et de semer lui-même. Mais il tomba du char et se tua hein69.

À son retour à Eleusis, Céléos king3 jaloux lui aussi grr2 , tenta d'assassiner Triptolème. Déméter le contraint à abdiquer en faveur de son fils, qui institua les Thesmophories, qui étaient, à Athènes, les fêtes de Déméter pompom girls . Dans l’Hymne homérique à Déméter, la déesse en fait également l'un des premiers prêtres des mystères d'Éleusis pepe , avec Dioclès, Eumolpe, Céléos et Polyxène. Plus tard, Triptolème devint juge des morts, aux Enfers, où il figurait parfois à côté d'Eaque, Minos (voir mon post n.º 170, La légende de Minos) et Rhadamanthe. On le substituait parfois également à Minos. Selon Pausanias, Triptolème possédait son propre temple à Athènes.

Selon l'interprétation historique de ce mythe, Triptolème fut le fils d'un roi de la Grèce, le premier de sa patrie qui laboura la terre et écrivit sur l'agriculture. Pour cette raison, on pensa que Déméter, la déesse de l'agriculture, l'avait instruit.

Voici des liens pour ce mythe :

http://mythologica.fr/grec/triptoleme.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Triptol%C3%A8me

http://www.mythindex.com/greek-mythology/T/Triptolemus.html  (en anglais)

http://www.theoi.com/Georgikos/EleusiniosTriptolemos.html  (en anglais)

http://www.maicar.com/GML/Triptolemus.html  (en anglais)


Dernière édition par Emblémiste le Jeu 24 Juil - 23:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeVen 9 Oct - 4:22

390

La légende d’Héraclès (Hercule)

Les monnaies et médaillon grecs, républicains, impériaux et provinciaux romains des liens ci-dessous, d’Abdera et Dikaia (Thrace), Abila (Decapolis, Syrie), Camarina et Kaphaloidion (Sicile), Cyzique (Mysie), Héraclée (Lucanie), Rome, Trèves (Gaule) et Trier, portent sur leurs avers soit un griffon assis à gauche, soit les têtes ou bustes de trois-quarts, à droite ou à gauche d’Athéna (Pallas, Minerve), Héraclès (Hercule), Trajan, Hadrien, Lucius Verus, Commode, Septime Sévère, Gordien III, Maximilien Hercule, Constant I et Sévère II, soit Héraclès agénouillé à droite au dessus d’un thon, soit Héraclès assis sur un rocher, soit Athéna conduisant un quadrighe gallopant à droite, couronnée par Niké volant à droite, et, sur les revers, soit un carré quadriparti incuse, soit Héraclès assis de face ou à gauche sur un rocher ou debout à gauche ou à droite s’appuyant sur sa massue, soit un taureau attaquant à droite, soit Rome tenant une lance à côté de Genius à gauche tenant une couronne et une corne d’abondance, soit Héraclès debout à l’interieur d’un temple et un dieu-fleuve gisant à ses pieds à gauche, soit Héraclès debout à gauche couronné par la Victoire, soit un sanglier debout à droite. Dans tous les cas le héros est représenté avec quelques uns de ses attributs et armes : la dépouille du lion de Némée, la massue, l’arc et flèche et le carquois (voir mon post n.º 266, Les attributs et armes d’Héracles (Hercule)).

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_hercule.htm

http://www.acsearch.info/record.html?id=1007

http://www.acsearch.info/record.html?id=1493

http://www.acsearch.info/record.html?id=1876

http://www.acsearch.info/record.html?id=1929

http://www.acsearch.info/record.html?id=2944

http://www.acsearch.info/record.html?id=4193

http://www.acsearch.info/record.html?id=4286

http://www.acsearch.info/record.html?id=4290

http://www.acsearch.info/record.html?id=4304

http://www.acsearch.info/record.html?id=4308

http://www.acsearch.info/record.html?id=849

http://www.acsearch.info/record.html?id=1599

http://www.acsearch.info/record.html?id=1624

http://www.acsearch.info/record.html?id=1929

http://www.acsearch.info/record.html?id=2505

http://www.acsearch.info/record.html?id=3771

http://www.acsearch.info/record.html?id=6215

http://www.acsearch.info/record.html?id=10335

http://www.acsearch.info/record.html?id=12596

Héraclès est un des personnages mythologiques les plus réprésentés sur les monnaies antiques. J’ai déjà traité de lui en différentes occasions à propos de monnaies figurant certains épisodes de sa vie ou ses travaux sécondaires. Maintenant je ne considère que celles où sa personne apparaît sans rapport direct à aucun de ses travaux ou épisodes particuliers. Les posts suivants seront dédiés aux fameux douze principaux travaux.
   
Héraclès viking est le célèbre héros grec, personnification de la force balaise , et identifié plus tard avec des types d'autres pays : le Phénicien Melkarth, l'Ogma des Celtes, l'Hercule des Latins. Selon certains récits, Héraclès porta d'abord le nom d'Alcide ; Héra (Junon) le rebaptisa Héraclès, c'est-à-dire « gloire d'Héra », parce que c'est à cause de ses ordres qu'il acquit sa renommée. Alternativement, c'était la Pythie de Delphes qui lui conseilla de changer de nom après qu'il tua ses enfants hein69 , poussé par Héra qui l'avait rendu fou ; il prit ce nom de manière propitiatoire après avoir expié son crime. Selon d'autres, le nom original du héros était Alcée, en référence à son grand-père paternel Alcée fils de Persée ; la responsabilité du changement de nom incombe alors soit à la Sibylle, soit aux Argiens.

Il nacquit à Thèbes, étant fils de Zeus (Jupiter) et d'Alcmène fille , femme d'Amphitryon, fils d’Alcée (le fort). Le roi des dieux avait décidé d'avoir un fils capable de venir en aide aux hommes comme aux dieux. Profitant de l'absence du mari, en guerre contre les Taphiens et les Téléboéens, Zeus descendit de l'Olympe et, prenant l'aspect d'Amphitryon, coucha avec Alcmène confused après avoir persuadé Hélios, dieu du soleil, de ne pas se lever pendant trois jours, faisant ainsi durer sa nuit avec la femme d'Amphitryon. Dans la même nuit, Alcmène fut également visitée par son mari de retour de campagne.

Alors qu'Alcmène allait accoucher, Zeus promit que l'enfant à naître ce jour-là règnerait sur tous ses voisins. Pour se venger des infidélités de son mari, Héra (Junon) grr1 retarda la délivrance d'Alcmène en retenant les Ilithyes, déesses de l'accouchement ; elle-même fit naître avant terme Eurysthée, fils du roi Sthénelos d'Argos king3 . Ainsi Eurysthée, reçut la royauté de l'Argolide à la place d'Héraclès. Alcmène put alors accoucher ; elle donna naissance à deux enfants : Héraclès pleure , fils de Zeus, et Iphiclès pleure, fils d'Amphitryon.

Peu de temps après la naissance d’Héraclès, Hermès (Mercure) enlèva l’enfant et le plaça dans le lit d’Héra endormie : aucun des fils de Zeus ne put devenir immortel s'il n'avait tété au sein de la déesse No. Affamé, le bambin s'approche de celle-ci et commence à téter. Se réveillant, Héra aperçoit l'enfant et indignée grr2 , le repousse ; le lait divin se répand dans le ciel en une traînée blanchâtre, la Voie lactée. Dans une autre version, Alcmène abandonna son enfant par crainte de la vengeance d'Héra. Athéna convainquit cette dernière d'allaiter le bébé, mais Héraclès tète trop goulument :bav:et Athéna dut le rendre à sa mère.

Alors qu’il était encore bébé pleure , Héra envoya deux serpents serpent serpent pour le dévorer dans son berceau ; mais il les étouffa de ses mains. Alertés par les cris des femmes, Alcmène et Amphitryon accourent et trouvent les serpents morts. Amphitryon convoqua alors le devin Tirésias pepe (voir mon post n.º 467, La légende de Tirésias), qui prophétisa les hauts faits du héros et son apothéose.

Dans une autre version, Amphitryon déposa lui-même les serpents pour découvrir lequel des deux enfants est le sien et lequel est le fils de Zeus. Ce récit implique qu'Amphitryon soit au courant de l'infidélité de sa femme (voir mon post n.º 59, L’enfant Hercule, étrangleur de serpents).

Il reçut ensuite une solide éducation. Comme beaucoup de héros grecs, Héraclès fut l'élève du centaure Chiron (voir mon post n.º 50, La légende de Chiron). Des sources tardives lui donnent un grand nombre de maîtres : Castor (probablement le Dioscure) pour le maniement des armes (voir mon post n.º 43, La légende des Dioscures (Castor et Pollux)), Amphitryon pour la conduite des chars, Eurytos ou encore Rhadamante pour le tir à l'arc. Linos enseigna les lettres et la musique à Héraclès et Orphée. Contrairement à son demi-frère, le héros était indiscipliné et turbulent ; frappé par Linos, Héraclès tua celui-ci à coups de tabouret ou, selon autre version, à coups de lyre. Héraclès fut accusé de meurtre, puis acquitté après avoir invoqué une sentence de Rhadamanthe consacrant le principe de légitime défense. Parce que la fougue d'Héraclès et son manque de maîtrise de soi devinrent une menace, Amphitryon l’éloigna de la cour. Le héros fut envoyé surveiller ses troupeaux à la campagne où son éducation fut reprise par Teutoros, un bouvier scythe qui lui enseigna le tir à l’arc. Il se signalait déjà par sa force et sa stature : il atteignit la taille considérable de quatre coudée hein11 .

Lorsqu'il eut atteint sa dix-huitième année il quitta la ferme et les vaches et entreprit de tuer le lion de Cithéron qui ravageait les troupeaux d'Amphitryon et de son voisin, le roi Thespios king3 , souverain de Thespies. Soucieux d'avoir le héros comme père de ses petits-enfants, Thespios lui envoya chaque soir l'une de ses cinquante filles ; Héraclès croyait retrouver toujours la même jeune fille et devint ainsi le père de cinquante fils, les Thespiades. Dans d'autres versions, l'exploit fut accompli au cours de sept nuits, voire d'une seule nuit. Dans ce dernier récit, l'une des filles de Thespios refusa d'entrer dans la couche d'Héraclès Embarassed ; elle fut punie en devenant prêtresse du héros et vouée à la virginité perpétuelle. Ici, les Thespiades sont au nombre de cinquante-et-un, l'aînée et la cadette des filles de Thespios donnant naissance à des jumeaux.

Il reçut en cadeau une épée de la part d'Hermès (Mercure), un arc et des flèches de la part d'Apollon (Phébée), un plastron doré d'Héphaïstos (Vulcain) et Athéna lui remit une tunique. Mais généralement Héraclès est facilement reconnaissable à la peau de lion qui le couvre et à sa massue.

Armé de cette massue viking , il avait, à travers le monde, exterminé des brigands et des monstres de toutes sortes, combattu des tyrans, et les dieux eux-mêmes: il combattit contre Erginos, contre Alcyonée lors de la Gigantomachie (voir mon post n.º 10, La Giganthomachie), contre Achéloos (voir mon post n.º 24, Le dieu-fleuve Achéloos et Hercule), contre les Centaures (voir mon post n.º 27, La légende d’Hercule et les Centaures), contre le roi égyptien Busiris king3 , contre Cycnos et Arès (Mars), contre les Pygmées, contre Emathion, fils de l'Aurore, contre Lycaon (voir mon post n.º 359, La légende de Lycaon), contre Lytiersès et contre la Mort ; soutint le ciel sur ses épaules pour soulager Atlas, délivra Hésione d'un monstre, participa à l'expédition des Argonautes (voir mon post n.º 354, sur La légende de Jason et la Toison d’or), captura les Cercopes, tua le géant Antée (voir mon post n.º 11, La légende d’Hercule et Antée) e le Centaure Nessos, separa les rochers de Calpé et d'Abila (les colonnes d'Hercule) et délivra Prométhée, entre autres prouesses. Voir aussi mes posts n.º 13, La légende d’Hercule ivre, n.º 39, La légende d’Hercule et Evandre, et n.º 122, La légende d’Hercule et Echidna (Delphiné)).

Après divers exploits il se rendit à Thèbes, où il épousa Mégara fille , fille de Créon. Dans un accès de folie, il la tua avec leurs enfants communs. Pour expier ce crime, il dut obéir au roi Eurysthée king3 , qui l’imposa une série d'épreuves, que l'on nomme les Douze Travaux d'Héraclès. Selon les auteurs l'ordre des travaux diffère ; la liste qui suit a été prise chez Apollodore : 1) le lion de Némée, 2) l’hydre de Lerne (voir mon post n.º 323, La légende de l’Hydre de Lerne), 3) la biche de Cérynite, 4) le sanglier d’Erymanthe, 5) les écuries d’Augias, 6) les oiseaux du lac Stymphale, 7) le taureau de Crète, 8) les chevaux de Diomède, 9) la ceinture d’Hippolite, 10) les boeufs de Géryon, 11) le pomme des Hespérides et 12) le chien infernal Cerbère (voir mes posts 392 à 402).

Il eut diverses aventures amoureuses gai2 (les filles du roi Thespios king3 , Augé, dont il eut un fils Télèphe (voir mes posts N.º 12, La légende de Télèphe, et N.º 254, La légende d’Augé) et même oublia son héroïsme en se faisant l'esclave d'Omphale (voir mon post n.º 40, La légende d’Hercule et Omphale). Enfin, il épousa Déjanire bisou17 , qu'il délaissa pour Iolé geek . Déjanire envoya à son mari volage une tunique trempée dans le sang de Nessos. A peine eut-il revêtu le vêtement empoisonné qu'il sentit brûler ses chairs et vit son corps se consumer. Alors il dressa un bûcher sur le mont Oeta, et se jeta dans les flammes. Mais aussitôt il fut admis dans l'Olympe, et reçut l'immortalité en épousant Hébé (voir mon post N.º 468, La légende d'Hébé).

On lui rendit un culte dans tous les pays grecs, et en de nombreux d'endroits on célébrait des fêtes appelées " hérakleia ". Beaucoup de familles princières prétendaient descendre de lui. A la conception primitive se substitua une conception morale : le dompteur de monstres devint, pour les stoïciens, l'idéal du sage, supérieur à son destin.

Héraclès fut donc le sujet de plusieurs emblémistes.

André Alciat lui dédia les emblèmes 58, In eos qui supra vires quicquam audent, n.º 137, Duodecim certamina Herculis, et 180, Eloquentia fortitudine praestantior, de son Livret des Emblèmes, dont voici des traductions en vieux français :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FALc137

Les douze labeurs de Hercules, par Allegorie.

Plus Eloquence, & moins les forces font.
Vains argumens des Sophistes confond.
Rage, ou fureur, plus que vertu n’est forte,
Richesse, honneur, à Sapience porte.
De rapt ne vit : mais desprise avarice.
Despoille, & vinct foeminine malice.
Les espritz orne, & les purge d’ordure.
Faict illicite, & les meschantz n’endure,
Fierte barbare en fin elle punit,
Contre ennemis en vertu soy unit.
Biens estrangiers en son pays apporte.
Vole en renom, & à jamais n’est morte.
Les douze labeurs d’Hercules allegorisez.
Les forces ne font tant comme fait l’eloquence.
Il a tout argument de Sophiste abbatu.
La fureur n’a de force autant que la vertu.
La continue apporte au sage l’opulence.
Il mesprise avarice, & rien d’autruy ne prend.
L’astuce feminine en soy vaincue il rend.
Les ames il repurge, & les rend embellies.
Il a salles amours & les meschans domptez.
A puny cruaultez & toutes barbaries.
Un seul bien vertueux a plusieurs surmontez.
Fait des biens estrangers que son pays abonde
Son nom est immortel, & court par tout le monde.

Les douze combats d’Hercules par
allegorie.


1 Bien dire,abbat & vainq les forces les plus fortes,
2 Du sophiste il rabbat les vaines & trop sottes
Subtilités. 3 Vertu jamais point ne s’efface
Par rage ny fureur. 4 La richesse fait place
Au sage, qui s’occupe assiduellement,
5 Qui l’avarice fuit, & n’aime aucunement
L’usure & la rapine, 6 & ne se laisse prendre
Aux ruses & filés que femmes sçavent tendre.
7 L’ordure il jecte hors, polit lentendement.
8 Il abhorre & refuit l’infame embrassement :
Mal vivans chasse au loing : 9 cruels & impiteux
Il punit : 10 sa vertu dissipe ses haineux.
11 Il apporte chez soy des regions loingtaines
Les choses qu’il congnoist bonnes & souveraines.
12 Chacun l’estime & prise, & d’une façon telle,
Qu’à jamais il s’acquiert renommee immortelle.

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FALb055

Contre ceulx qui osent pardessus
leurs forces.


Les Nains se vont ung jour trouver,
La ou Hercules prenoit somme :
Bien luy cuydans les yeulx crever,
Pour ce quil ne sembloit fort homme :
Lors sesveille, & voyant la somme,
De telz gens, a coup sen revenche,
Et en feist ainsi que de pommes,
Car il les mist tous en sa manche.

Contre ceulx qui osent entreprendre
oultre leur force.


Quand Hercules dort soubz l’arbre, & repose,
Et soubz son bras armes, & masse pose,
Des nains l’armée à le tuer s’efforce,
Mal cognoissans leur trop petite force :
Luy esveillé, comme petite pulce
Dedans la peau du Lyon les repulse.
A plus fort que soy ne se fault prendre.

De ceux qui entreprennent par dessus leurs forces.

Les Nains un jour voyans dormir Hercule à l’ombre
D’un grand Pin, contre luy s’approchent en grand nombre,
Pensans le despescher, & soudain mettre à mort
Sans resistance aucune: & ce pendant qu’il dort
La massue en ses bras il tenoit & ses armes.
Mais ils estoient pour luy par trop foibles gendarmes :
Car esveillé qu’il fut, les tue comme poux,
Et de son fier Lyon dans la peau les mit tous.

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FALa093

Eloquence vault mieulx que force.

Larc en la main, en lautre la massue,
Peau de lyon estant cy aperceue,
Pour Hercules me faict ce vieillart croire.
Mais ce quil a marque de si grand gloire :
Que mener gens enchainez a sa langue
Entendre veult, quil feist tant bien harengue,
Que les Francois pour ses dits de merveilles,
Furent ainsi que pris par les oreilles.
Si donc il a par loix & ordonnances
Range les gens, plustost que par vaillances :
Dira lon pas (comme est verite)
Que lespee a lieu aux livres quicte ?
Et que ung dur cueur par sages mieulx se range,
Que gros effort son asprete ne change ?
Pour ce Hercules ne fait pas grandes forces :
Et si sont gens, apres luy grandes courses.

Eloquence est plus excellente que force.
PROBLEME.

Masse en main dextre, en senestre arc cornu,
Et du Lyon la peau couvrant corps nu,
C’est d’Hercules la forme, Mais tel art
Pas ne convient : qu’il soit chaulve, & vieillard.
La langue aussi de chainetes persée,
D’ond par l’oreille attraict gent, non forcée,
Est ce pourtant que par faconde voix,
Et non par force aulx peuples donna loix ?
Armes font place aux lettres. Car des coeurs
(Tant soient ilz durs) Eloquens sont vinqueurs.

Que l’eloquence a plus de vertu que les
forces du corps.


Le pourtrait d’Hercules est exposé en veuë,
Dont l’arc est à la gauche, à dextre une massue.
De la peau d’un lion armé au corps il est.
Quoy ? cela convient-il à ce qu’un chacun sçet ?
Car il semble icy vieil, & tel se fait cognoistre,
Et à le contempler, chauve & ride paroistre.
A sa langue coulant petites chesnes sont
Attachees en ordre, & par l’oreille vont
Des oyans, retenus sans aucune contrainte.
Et c’est que les Gaulois d’une opinion sainte
Maintiennent qu’Hercules, non de force de corps,
Mais par son bien parler fit des peuples concords,
Ausquels il donna loy à ce qu’ils se soubmissent.
Ainsi aux gens diserts les armes obeyssent,
Et les hommes plusdurs, malapprins, malfaisans,
Se rangent aux propos en fin des bien-disans.

Gilles Corrozet lui dédia l’emblème Election de vertu de son Hecatomgraphie :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FCGa073

Election de vertu.
 
Le grand chemin meine à perdition
Ceulx la qui vont par une telle voye,
Et le petit meine a salvation
Dont on recoit inestimable joye.
Au temps passé Hercules arriva
Sur deux chemins, ou deux dames trouva
L’une vertu, & l’aultre Volupté
Toutes deux l’ont sur le champ arresté,
Et luy ont dict (voire chascune à part)
De leur nature & faictz une grande part.
Croy mon conseil (dict Volupté lascive)
Preux Hercules il fault que tu me suyves
Entre au chemin tout revestu de fleurs,
Et laisses la vertu avecq ses pleurs,
Avecques moy tu pourras en plaisance
De tous delictz avoir tresample aisance.
Ah (dict Vertu) fleur de chevallerie
A mes propos jamais ne contrarie
Suy moy par cy, vueille apres moy venir
Et tu pourras en la fin parvenir
Au lieu d’honneur place tant estimée
Ou s’accroistra ta grande renommée
Et laisse la le chemin des delices
Qui maine au lieu des pechez & des vices
Sy le chemin est trop laborieux
Ton parvenir sera plus glorieux.
Lors Hercules pour estre revestu
D’honneur & loz chemine apres Vertu,
Et tant voulut en haultz faictz s’employer
Qu’ung beau chappeau il eut pour son loyer.

Pierre Cousteu lui dédia un emblème de son oeuvre Le Pegme :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FCPa028

A la statue d’Hercules estant au desert, Selon Xenophon.
Le train de vertu en jeunesse.


A Herculés errant par la contrée
Ces deux sentiers luy ont faict ouverture
L’un de plaisir, spatieux à l’entrée
Et sur la fin cachant la mort obscure.
Mais de vertu la voye incomparable.
De prime face étoit rude & terrible,
Et se monstroit à tous si peu aymable
Qu’on l’estimoit quasi inaccessible :
Mais sur la fin finissoit en planiere
Donnant à tous d’esperer bon presage :
Et promettant la recompense entiere
Des maux souffers sur le premier passage.
C’est d’un enfant l’exemplaire & image
Lequel vertu doit tenir en saisine.
Soignez vous donc au premier de son aage
Qu’à volupté ne se donne & resigne.

Hadrianus junius lui dédia l’emblème 44 de son livre Les Emblèmes :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FJUa044

La fourchee de Vertu & de Vice.

Deus femmes à l’entour d’Hercule l’indompté
Taschent de le tirer, chasqu’une à son coste [=costé] :
L’une est pleine d’amour, l’autre est toute hideuse :
Ainsi Vertu nous tire en son chemin estroict,
Et le Vice nous pousse hors le sentier tout droit,
Pour nous faire noyer en l’eau delicieuse.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heracles0.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9racl%C3%A8s

http://hercule.travaux.free.fr/sommairefra.php

http://www.aly-abbara.com/histoire/Mythologie/Grece/Hercule/Hercule_travaux.html

http://www.mythindex.com/greek-mythology/H/Heracles.html  (en anglais)

http://www.theoi.com/greek-mythology/heracles.html  (en anglais)

http://www.theoi.com/Cult/HeraklesCult.html  (en anglais)

http://www.maicar.com/GML/Heracles1.html  (en anglais)

http://www.maicar.com/GML/HERACLESLABOURS.html  (en anglais)


Dernière édition par Emblémiste le Sam 2 Aoû - 23:54, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 83
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitimeDim 11 Oct - 20:53

391

Les douze travaux d’Heraclès (Hercule) - 1) Le lion de Némée

Les monnaies grecques, républicaines, imperiales et provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Abila (Decapolis, Syrie), Alexandrie (Egypte), Cyzique (Mysie), Heraclea Pontica (Bithynie), Héraclée et Metapontum (Lucanie), Mallus et Tarse (Cilicie), Marcianopolis (Mésie inférieure), Morgantina (Sicile), Paeonia (Macédoine), Perinthus et Serdica (Thrace), Saitta (Lydie), Sébastopolis-Héracleopolis (Pont), Suessa Arunca (Campanie), Syracuse (Sicile), Taras et Tarente (Calabre), Rubi (Apulie), Samnium et Rome, portent sur leurs avers soit les têtes ou bustes à droite, à gauche ou de trois-quarts de Zeus (Jupiter), Zeus Ammon, Héra (Junon), Athéna (Pallas, Minerve), Apollon (Phébée), Héraclès (Hercule), Rome, Arethusa, Antonin le Pieux, Séptime Sévère, Gordien III, Gallien et Maximilen Hercule, soit Héraclès luttant contre le lion de Némée, et, sur les revers, soit Héraclès debout ou agenouillé à droite ou à gauche, luttant contre la bête ou l’étranglant avec ses mains, soit ce héros debout frappant le lion avec sa massue, soit la Victoire debout à droite couronnant Héraclès qui lutte contre le lion, soit debout de face à côté du cadavre du lion, soit Athéna debout à gauche sur un piédestal devant un autel allumé, soit un carré quadriparti creux.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm (section I)

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15639/?search&stype=quick&q=Antoninus+Pius&rno=247

http://www.acsearch.info/record.html?id=1030

http://www.acsearch.info/record.html?id=3937

http://www.acsearch.info/record.html?id=3963

http://www.acsearch.info/record.html?id=4709

http://www.acsearch.info/record.html?id=4712

http://www.acsearch.info/record.html?id=4713

http://www.acsearch.info/record.html?id=5271

http://www.acsearch.info/record.html?id=9807

http://www.acsearch.info/record.html?id=9958

http://www.acsearch.info/record.html?id=14597

http://www.acsearch.info/record.html?id=30501

http://www.acsearch.info/record.html?id=34129

http://www.acsearch.info/record.html?id=78215

http://www.acsearch.info/record.html?id=62841

http://www.acsearch.info/record.html?id=62896

http://www.acsearch.info/record.html?id=65621

http://www.acsearch.info/record.html?id=66784

http://www.acsearch.info/record.html?id=68439

http://www.acsearch.info/record.html?id=47224

http://www.acsearch.info/record.html?id=3953

http://www.acsearch.info/record.html?id=286772

http://www.acsearch.info/record.html?id=14032

http://www.acsearch.info/record.html?id=14212

http://www.acsearch.info/record.html?id=14569

http://www.acsearch.info/record.html?id=23032

http://www.acsearch.info/record.html?id=38894

http://www.acsearch.info/record.html?id=57230

http://www.acsearch.info/record.html?id=64021

http://www.acsearch.info/record.html?id=68439

http://www.acsearch.info/record.html?id=70136

http://www.acsearch.info/record.html?id=125062

http://www.acsearch.info/record.html?id=176532

http://www.acsearch.info/record.html?id=176563

http://www.acsearch.info/record.html?id=78215

http://www.acsearch.info/record.html?id=78216

http://www.acsearch.info/record.html?id=90805

http://www.acsearch.info/record.html?id=209754

http://www.acsearch.info/record.html?id=220497

http://www.acsearch.info/record.html?id=234198

http://www.acsearch.info/record.html?id=395063

http://www.acsearch.info/record.html?id=395267

http://www.acsearch.info/record.html?id=430358

http://www.acsearch.info/record.html?id=492359

http://www.acsearch.info/record.html?id=540441

http://www.acsearch.info/record.html?id=540455

http://www.coinarchives.com/a/results.php?search=Nemean+lion&s=0&results=100

Parmi les douze principaux travaux d’Héraclès, le combat avec le lion de Némée fut probablement le plus représenté sur les monnaies antiques. Sur les antécédants de ces travaux, voir mon post précédant, La légende d’Héraclès (Hercule).

Le premier travail qu'Eurysthée :king3:imposa à Héraclès :viking:fut de tuer et de ramener le lion de Némée qui ravageait l'Argolide et dont la peau était si dure que ni le fer ni l'airain ne pouvait l'entamer.

Ce redoutable fauve roiétait la progéniture monstrueuse d'Echidna (voir mon post n.º 122, La légende d’Hercule et Echidna (Delphiné)) et de Typhon (voir mon post n.º 381, La légende de Typhon (Typhée)) selon Apollodore ou de Chimère (voir mon post n.º 376, La légende de la Chimère) et du chien Orthros (le chien de Géryon), eux même enfants d'Echidna, selon Hésiode. Mais certains auteurs pensent qu'il est l'œuvre de Séléné (voir mon post n.º 144, La légende de Séléné et Endymion) : soit son propre enfant soit une création à partir de l'écume de mer faite à la demande d'Héra (Théogonie 329).

Parvenu à Cléonae, à mi-chemin entre Corinthe et Argos, Héraclès logea chez un berger (ou laboureur) appelé Molorchos hein86. Il lui expliqua qu'il était à la recherche du fameux lion et que, par conséquent, tout renseignement lui serait utile oui. Molorchos (qui signifie jardinier) voulut lui offrir son seul bouc en sacrifice, comme à un dieu. Refusant pareil honneur No, Héraclès lui demanda d'attendre un mois. Ce mois écoulé, ou bien il mériterait un sacrifice au titre de héros mort, ou bien il aurait tué la bête, auquel cas Molorchos pourrait alors offrir le sacrifice à Zeus sauveur.

Après ce court aparté, Héraclé arriva à la région de Némée, désertée par la population, effrayée par les rugissements glaçants du monstre hein69, mais ne trouve personne pour lui indiquer où se terre le félin ; en grand chasseur il se lança à la recherche d'empreintes mais il peina à en trouver. Après avoir d'abord cherché sur le mont Apesas (voir mon post n.º 320, La légende d’Apesas), du nom d'Apesanlus un berger que le lion avait tué, Héraclès se rendit au mont Trétos et là, il aperçut enfin l'énorme monstre derrière un buisson, la gueule barbouillée du sang de son dernier carnage. Il tira une volée de flèches (les redoutables flèches d'Apollon) sur le fauve, mais à son grand étonnement :hein70: elles rebondirent sur sa peau épaisse sans lui faire aucun mal, le lion se contenta de se lécher le poil en baillant.

Ensuite, il utilisa son épée qui se cassa comme un fétu de paille ; finalement, il brandit sa massue et assena un tel coup sur la gueule du lion qu'il rentra dans sa tanière à double sortie en secouant la tête, non pas de douleur, mais parce que ses oreilles lui tintaient. Il poussa un rugissement à crever les tympans. Le lion charge, Héraclès évite l'assaut. Il combattait armé seulement de sa massue en bois d'olivier. Il en frappa le lion, brisant sa massue dans la mêlée.

Sachant à présent qu'aucune arme ne servirait de rien contre le monstre, il décida d'utiliser la ruse idee. Il traqua l'invincible lion jusque dans sa tanière dont il obstruit l'une des deux entrées. Commença alors un duel acharné : Héraclès le saisit par derrière, évitant ses griffes. Lui ayant saisi la tête, il fit la prise du collier et serra avec tant de force qu'il étouffa petit à petit la monstrueuse bête. Pendant un certain temps, Héraclès fut embarrassé, il ne savait comment s'y prendre pour écorcher le lion, jusqu'à ce qu'il ait l'idée d'utiliser les propres griffes du fauve, tranchantes comme un rasoir hein69. Bientôt, il put revêtir sa peau invulnérable et s'en faire une armure pour la suite de ses aventures. Il utilisa la tête du lion comme casque.

Héraclès revint à Cléonae le trentième jour en rapportant la dépouille du lion sur ses épaules et il fit avec Molorchos un sacrifice à Zeus Sauveur.

Il emporta la dépouille du lion à Mycènes. Eurysthée, stupéfait :taing:et terrifié hein69, lui interdit à jamais l'accès de la ville 🇳🇴et lui ordonna, à l'avenir, de déposer le fruit de ses travaux en dehors des portes. Eurysthée donna l'ordre à ses forgerons de fabriquer une jarre en bronze qu'il enfouit dans la terre. Et, depuis lors, chaque fois qu'Héraclès revenait, il se réfugiait dans la jarre et envoyait ses ordres par la voix d'un héraut appelé Coprée reveil6.

Le lion fut mis au nombre des constellations par Zeus, pour perpétuer l'exploit d'Héraclès.

Voici des liens pour ce mythe :

http://mythologica.fr/grec/heraclet01.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lion_de_N%C3%A9m%C3%A9e

http://hercule.travaux.free.fr/travail1.php


Dernière édition par Emblémiste le Dim 2 Fév - 21:56, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Empty
MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Page 31 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)
Revenir en haut 
Page 31 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32 ... 35 ... 40  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Numismatique de l'antiquité :: MONNAIES DE L'EMPIRE ROMAIN :: Monnaies de l'Empire Romain-
Sauter vers: