Monnaies de l'antiquité
 
Le siteLe site  AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33 ... 36 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Loutre
AVGVSTVS
AVGVSTVS
avatar

Age : 48
Localisation : Rotomagvs
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Lun 12 Oct - 17:35

Doh !

Ooh, des donuts !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chut
Proconsul
Proconsul
avatar

Age : 26
Localisation : 16 / 33
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Lun 12 Oct - 22:03

Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredericweber.com/revue/index.html
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mar 13 Oct - 2:12

392

Les douze Travaux d’Hèraclès (Hercule) – 2) L’Hydre de Lerne

Les monnaies impériales et provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), Hadrianopolis (Thrace), Prusias ad Hypium (Bithynie), Nicopolis ad Istrum (Mésie inférieure), Phaestos (Crète), Sagalassos (Pisidie), Rome et Siscia, portent sur leurs avers soit Héraclès (Hercule) debout attaquant l’Hydre de Lerne avec sa massue, soit les têtes ou bustes à droite d’Hercule, Antonin le Pieux, Lucius Verus, Caracalla, Maximien Hercule et Claude II le Gothique, et, sur les revers, soit Héraclès debout à droite ou à gauche attaquant l’Hydre de Lerne avec sa massue, soit un taureau chargeant à droite.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm (section II)

http://www.acsearch.info/search.html?search=Hydra+of+Lerna&view_mode=1&en=1&de=1&fr=1&it=1#0

http://www.coinarchives.com/a/results.php?search=Hydra&s=0&results=100

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/search/icono/?provinces=any&stype=icono&design_group=4&design-0=629&step=3&next=Finish

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/search/icono/?search&design_group=4&provinces=any&design-0=629&page=2

J’ai déjà traité de l’Hydre de Lerne dans mon post n.º 323 à propos d’une monnaie qui présente sur le revers la figure isolée de cette bête mythique. Maintenant je traite des monnaies où elle apparaît en train d’être attaqué par Héraclès (Hercule) au cours du second de ses principaux travaux ordonnés par Eurysthée, roi de Mycènes king3 . Pour les antécédants de ces travaux, voir mon post n.º 390, La légende Héraclès (Hercule).

capello D’après la mythologie grecque, l’Hydre de Lerne fut un monstre né de Typhon (voir mon post n.º 381, La légende de Typhon (Thypée)) et d'Echidna (voir mon post n.º 122, La légende d’Hercule et Echidna (Delphyné)) et élevé par Héra (Junon).

Lerne se trouve près de la mer, à quelque distance de la cité d'Argos. A l'ouest se dresse le mont Pontinos, avec son bois de platanes sacrés. Chaque année, des rites nocturnes et secrets se tenaient à Lerne en l'honneur de Dionysos qui était descendu au Tartare à cet endroit pour aller chercher Sémélé (voir mon post n.º 83, La légende de Spémélé (Thyoné)), et, non loin de là, étaient célébrés les Mystères de Démèter Lernéenne, dans une enceinte qui marquait l'emplacement où Hadès et Perséphone descendirent, eux aussi, au Tartare (voir es posts n.º 29, La légende de Cérès et Perséphone/Proserpine, et 264, La légende d’Hadès et Proserpine).

Cette région fertile à la fois et sacrée vivait dans la terreur de l'Hydre, dont le repaire se trouvait sous un platane à la septuple source d'Amymoné (voir mon post n.º 330, La légende d'Amymoné) et du lac de Lerne, en Argolide (approximativement face à Nauplie) et qui hantait les marais sans fond de Lerne et le lac Alcyonien qui se trouvait dans le voisinage. Ces marais furent le tombeau de bien des voyageurs imprudents.

Elle était décrite comme un serpent d'eau gigantesque serpent à corps de chien ou de dragon possédant entre cinq et mille têtes, dont la tête centrale, faite en partie d’or, était la « tête intelligente » qui dirigeait le corps et était immortelle. Chaque fois qu’un vaillant chevalier coupait une d’elles, deux nouvelles têtes poussaient. L'haleine soufflée par les multiples gueules exhalait un poison radical, même durant le sommeil de l'animal. Le monstre ravageait le bétail et saccageait les récoltes hein69 .

Hercule viking , avec l’aide de son fidèle serviteur Iolaos :merlin:, coupa les têtes de l’Hydre, en cautérisa les blessures avec des torches pour les empêcher de se reproduire, et enterra celle immortelle sous un grand rocher hein11 . En plus, il embiba ses flèches avec la bile du monstre et les blessures qu’elles infligeaient devinrent incurables. Il écrasa aussi de son talon un énorme crabe qui était venu en aide de l’Hydre. Tant celle-ci comme le crabe furent placés dans le ciel par Héra formant les constellations Hydra et Cancer.

L’origine de ce mythe a réçu les suivantes différentes interprétations :

– Héraclès devait assécher le marais de Lerne. Les sources qui alimentaient le marais, filtraient le sol en permanence et rendaient vains ses efforts. Le marais fut ainsi comparé à l'Hydre, et les sources aux têtes renaissantes.

– Pausanias admettait qu'il existait une hydre beaucoup plus grande que d'ordinaire avec un venin puissant, mais d'après lui, c'est Pisandre de Caminos qui exagéra la description de l'Hydre, afin de la faire paraître plus terrible et de donner plus de force à ses vers.

- Les cités environnantes de Mycènes étaient soumises à Eurysthée, sauf une, Lerne, gouvernée par un roi du même nom king3. La seconde tâche d'Héraclès consista à soumettre cette ville et à détruire une citadelle nommée « Hydre » gardée jour et nuit par cinquante archers postés au sommet d'une tour. La tour fut assaillie et, à chaque fois qu'un archer était abattu, deux autres venaient le remplacer. Le roi Lerne fit appel à l'armée d'un mercenaire carien nommé Crabe :chevalier: dans le but de renforcer ses lignes. Héraclès fit de même avec l'aide de Iolaos, venu avec des renforts thébains. La tour fut incendiée et l'armée de Lerne anéantie.

Gilles Corrozet dédia un emblème à ce travail das son oeuvre Hecatomgraphie :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FCGa065

Multiplication de proces.

Tout homme en proces tantsoit fin,
Alors qu’il pense estre à la fin,
Il luy en survient troys ou quatre
Pour lesquelz il se fault debatre.
Dans le paluz de lerne residoit
Hidra serpent lequel avoit sept testes,
Mais Hercules qui riens ne demandoit
Qu’aquerre honneur par ses nobles conquestes
Livra l’assault à ce serpent hideux
Et s’il couppoit des testes une ou deux
Pour ceste la sept aultres revenoient
Qui en ung corps toutes s’entretenoyent :
Et luy estant de ce faict bien recordz
Pour debeller ung si furieux monstre
Sa grand prudence avec sa force monstre,
Laisse la teste & va tuer le corps.
Ainsi celluy qui à quelque proces
Pour icelluy il debat & argue,
Il quiert moyen pour vaincre tel exces
Par tous subtilz & par pratique ague.
Il veult prouver son faict par plusieurs dictz
Salvations, replicques, contredictz
Et quand il pense estre à la fin de cause,
Cent incidentz la partie propose.
Lors ce proces qui est ung grand serpent
Quand on attend qu’il doibve sa fin prendre
Aultres proces grandz comme luy engendre
Dont le plaideur à la fin s’en repent.

Guillaume de La Perrière lui dédia l’emblème 99 de son livre Le theatre des bons engins :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FLPa099

Quand Hercules, apres plusieurs conquestes,
Cuydoit avoir repos de ses labeurs :
Hydra survint avecques ses sept testes,
Renouvelant ses travaulx, & malheurs.
Quand par vertu avons acquis honneurs,
Pensant avoir tousjours paix assouvie :
Quelque meschant surviendra par envie,
Pour nous donner plus que devant affaire.
Tel travail n’eut Hercules en sa vie,
Ne tel danger, que pour Hydra deffaire.

Joannes Sambucus lui dédia un emblème de son livre Les Emblèmes :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FSAa096

Nullum malum solum : vel,
Uno bono sublato, mille existunt.


Bien qu’Hercule eust dompté les monstres les plus forts,
Si est ce qu’il receut de plus cruel efforts
Combattant contre l’Hydre, entant qu’à chasque teste
Dont il estoit vainqueur, une autre renaissoit.
Et tant plus en couppant sur l’une il s’efforçoit,
Tant plus en ce serpent la malice s’appreste.
Ainsi sont tourmentez les pauvres malheureux :
Car un mal redoublé tombe tousjours sur eux,
Et pour un evité, ils en reçoivent mille :
Ainsi pour un proces qu’on vuide en jugement,
Nous en voyons un cent naistre subitement,
Tant le champ des procez est plaisant & fertile.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet02.htm

http://hercule.travaux.free.fr/travail2.php

http://www.mythindex.com/greek-mythology/H/Hydra.html (en anglais)

http://www.theoi.com/Ther/DrakonHydra.html (en anglais)


Dernière édition par Emblémiste le Dim 3 Aoû - 0:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
avatar

Age : 54
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Mar 13 Oct - 14:39

roi roi roi

Quel bel ouvrage , un régal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mar 13 Oct - 15:02

:merci2: bcp Brutus ! :salut4:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mer 14 Oct - 1:07

393

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 3) La Biche de Cérynite

Les monnaies impériales et provinciale romaines des liens ci-dessous, de Rome, Alexandrie (Egypte), Anchialus (Thrace), Prusias ad Hypium (Bithynie) et de Sardes ou Tralles (Lydie), portent sur leurs avers les bustes à droite ou à gauche d'Antonin le Pieux, Maxime Pupien, de Gordien III, de son épouse Tranquillina, et de Maximilien Hercule, et, sur les revers, Héraclès (Hercule) à droite saisissant la biche de Cérynite (ou Cérynie) par la ramure ou la portant sur ses épaules.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm  (section III)

http://www.acsearch.info/record.html?id=232328

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15598/?search&stype=quick&q=Antoninus+Pius&rno=241

Après la bonne réussite par Héraclès (Hercule) de ses deux premiers travaux ordonnés par le roi Eurystée king3 , celui-ci vit que la force n'était peut-être pas la bonne solution pour humilier le héros No , et décida donc de lui confier un travail qui demanderait rapidité et dextérité. Le troisième des Travaux d'Héraclès fut de capturer la biche de Cérynite, un animal certainement moins effrayant que le lion de Némée ou l’Hydre de Lerne (voir mes deux posts précédents), mais tout aussi extraordinaire hein11 , et de la ramener vivante d'Oénoé à Mycènes. Sur les antécedants de ces travaux, voir mon post n.º 390, Le légende d’Héraclès (Hercule)).

Cet animal tacheté, rapide à la course, possédait des sabots d'airain et, bien que femelle et donc par nature dépourvue de bois, elle avaient des cornes d'or comme un cerf, en sorte que certains la considèrent comme un cerf. Cette biche était consacrée à Artémis (Diane), qui lorsqu'elle était enfant, avait aperçu cinq biches, plus grandes que des taureaux, paissant sur les bords du fleuve thessalien Anauros au pied du mont Parrhasion. Le soleil étincelait sur leurs cornes. Elle se mit à courir, les poursuivit et en captura quatre, successivement en ne se servant que de ses mains et les attela à son quadrige ; la cinquième s'enfuit en traversant le fleuve Céladon jusqu'à la colline de Cérynite comme le voulait Héra (Junon), qui avait déjà en tête les Travaux d'Héraclès idee.

Le cervidé étant de ce fait consacré à Artémis, il était défendu de la toucher et à fortiori de la tuer. Ne voulant donc ni tuer ni blesser la biche, Héraclès accomplit la tâche sans faire usage de sa force. Il aperçu dans le bois d’Oénoé l’animal que jamais personne n’avait réussi à approcher. Mais à peine a-t-il fait un pas en sa direction qu’il s’enfuit à une vitesse prodigieuse. Héraclès se rendit compte alors de la difficulté de l’entreprise : comme il ne put pas s’approcher du quadrupède il décida de le vaincre à l’usure. Il poursuivit la biche sans relâche durant une année entière et sa chasse l'entraîna jusqu'en Istrie et au pays des Hyperboréens. Finalement, lorsque exténuée elle se réfugia sur le mont Artémision, et de là descendit, pour s’y abreuver, jusqu'au bord du fleuve Ladon en crue, qu’elle hésita à franchir (voir mon post n.º 325, La légende de Ladon), Héraclès banda son arc et d'une flèche qui passa entre l'os et le tendon, sans que soit répandue une seule goutte de sang, il lui immobilisa les deux pattes de devant. Ainsi la captura-t-il et, l'ayant chargée sur ses épaules il traversa l'Arcadie et se hâta vers Mycènes.

Artémis et son frère jumeau Apollon (Phébée) faim7 , les deux plus grands chasseurs de l’Olympe, vinrent à la rencontre d'Héraclès. Elle lui reprocha d'avoir maltraité son animal sacré grr1 et exigeat purement et simplement qu’il lui fut restitué, mais il fit ressortir l'obligation dans laquelle il se trouvait et rejeta la faute sur Eurysthée king3 . De plus aucun sang n'avait coulé Wink alors la colère de la déesse s'apaisa geek et elle lui permit d'emporter la biche vivante à Mycènes à condition que l'animal fut relâché aussitôt après.

Voici des liens sur ce mythe :

http://mythologica.fr/grec/heraclet03.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Biche_de_C%C3%A9rynie

http://hercule.travaux.free.fr/travail3.php


Dernière édition par Emblémiste le Lun 4 Aoû - 4:24, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
septimus
Proconsul
Proconsul
avatar

Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Mer 14 Oct - 13:51

Très bonne idée d'aborder les 12 travaux. En effet, leur manque dans les monnaies de légendes se serait fait cruellement ressentir.
J'aurais plutôt écrit Cérynie, mais les deux orthographes existent peu-être.


Dernière édition par septimus le Mer 14 Oct - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://septimus-coins.blogspot.com/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mer 14 Oct - 13:58

merci septimus ! En fait, j'ai vu les deux graphies. Cérynite est la forme employée dans l'article du forum. Pour moi c'est indifférent, mais si quelqu'un m'assure que seule Cérynie est la correcte, je la changerai. oui salut3


Dernière édition par Emblémiste le Ven 2 Avr - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
avatar

Age : 54
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Mer 14 Oct - 14:55

septimus a écrit:
Très bonne idée d'aborder les 12 travaux. En effet, leur manque dans les monnaies de légendes se seraient faits cruellement ressentir.
J'aurais plutôt écrit Cérynie, mais les deux orthographes existent peu-être.

Je veux pas chambrer ou jouer les correcteurs ..............mais ................... arff


En Attendant c'est sur : roi roi roi

encore une fois , triple ban pour EMBLEMISTE et ses travaux d'Hercule


(Qui avancent sans jamais reculer !!!!) Laughing Laughing Laughing


Dernière édition par BRUTUS le Mer 14 Oct - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
septimus
Proconsul
Proconsul
avatar

Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Mer 14 Oct - 16:31

Tu as raison BRUTUS, c'est corrigé, mais toi aussi tu joues les étourdis!
Citation :
Je veux pas chambrer jouer les correcteurs ..............mais ...................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://septimus-coins.blogspot.com/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mer 14 Oct - 16:42

merci Brutus !

Mes amis, " errare humanum est " ! ange12


Dernière édition par Emblémiste le Ven 2 Avr - 2:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
avatar

Age : 54
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Mer 14 Oct - 21:48

septimus a écrit:
Tu as raison BRUTUS, c'est corrigé, mais toi aussi tu joues les étourdis!
Citation :
Je veux pas chambrer jouer les correcteurs ..............mais ...................

Mea culpa maxima !!!!!! :affraid: Laughing

Edité et corrigé !!!!!!!

Promis juré , je ne le referais pas !!!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Jeu 15 Oct - 1:03

394

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 4) Le Sanglier d’Erymanthe

Ls monnaies grecque, impériales et provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), Bizye, Hadrianopolis et Perinthus (Thrace), Callatis (Mésie inférieure), Psophis (Arcadie), Cologne (Germania), Pergamum (Asie) et Rome, portent sur leurs avers les têtes ou bustes à droite de Trajan, Antonin le Pieux, Lucius Verus, Probus, Maximien Hercule et les têtes superposées de Postume et Hercule, et, sur les revers, Héraclès debout à droite portant le sanglier d’Erymanthe sur ses épaules et le présentant à Eurysthée debout, éfrayé et agitant ses bras en désespoir, réfugié dans une jarre enfouie dans le sol à gauche, soit le sangliermarchant à droite.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm  (section IV)

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15597/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=1

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/3218/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=59

https://www.sixbid.com/browse.html?auction=2891&category=59541&lot=2417594

Le quatrième des Travaux imposé par Eurysthée à Héraclès (Hercule) fut de prendre vivant le sanglier d'Erymanthe. Pour les antécédents de ces travaux, voir mon post n.º 390, La légende d’Héraclès (Hercule). Ce sanglier était une bête sauvage aux proportions gigantesques roi qui vivait sur les pentes boisées du mont Erymanthe ou dans les fourrés du mont Lampéia en Arcadie, et dévastait le pays aux abords de la ville de Psophis. Le monstre ne descendait de ses hauteurs bardées de cyprès que pour ravager la région saccageant les champs florissants de blés et certains racontaient qu’ils avaient aperçu les poils hérissés de son échine dépasser la cime des arbres ; la poursuite s’annonçait donc assez difficile.

En traversant Pholoé, en Epire, Héraclès demanda l'hospitalité à Pholos, un centaure sage et bienveillant mais la réception tourna rapidement au pugilat à cause des autres centaures (voir mon post n.º 27, La légende d’Hercule et les Centaures).

Après le combat avec les Centaures, Héraclès viking se rendit à la chasse au sanglier en pleine saison des neiges et escala l’Erymanthe. Capturer vivante une bête aussi grosse et aussi sauvage était une tâche d'une difficulté peu commune qui demandait autant de force balaise que d'astuce idee . Pour la trouver il abat forêts et landes. Il réussit à la faire sortir du fourré où elle s'était cachée en poussant des cris puissants mua . Commença alors une poursuite effrénée : Héraclès pourchassa pendant plusieurs jours le sanglier jusqu’aux neiges éternelles, il le harcela à coups de pierres et releva sans relâche chacune de ses empreintes laissées dans la neige ; petit à petit la bête s’épuisa et c’était le moment que choisit Héraclès pour l’attirer dans une profonde cavité qu’il avait préalablement remplie de neige ; l’animal s’échoua lamentablement dans le piège et se retrouva épuisé à vouloir sortir de ce trou. Le héros en profita, se jeta alors sur son dos le maîtrisant de ses mains nues, l'immobilisa avec un noeud coulant de son filet et l'attacha avec des chaînes. Ensuite il l'emporta vivant sur son dos à Mycènes pour le présenter à Eurysthée king3 . Effrayé par le sanglier vivant roi , son cousin se cacha à nouveau dans sa grande jarre de bronze à demi-enterrée hein69 .

Puis Héraclès apprit que les Argonautes se rassemblaient pour partir vers la Colchide (voir mon post n.º 354, La légende de Jason et la Toison d’or), il déposa alors le sanglier à terre et l'abandonna en dehors de la grande place du marché et, au lieu d'attendre de nouveaux ordres d'Eurysthée, il partit avec Hylas pour se joindre à l'expédition salut5 (voir mon post n.º 298, La légende d’Hylas). On ignore par qui fut tué le sanglier qu'il avait capturé, mais ses défenses furent conservées dans le temple d'Apollon, à Cumes.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet04.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sanglier_d%27Erymanthe

http://hercule.travaux.free.fr/travail4.php


Dernière édition par Emblémiste le Mar 26 Juil - 13:18, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Jeu 15 Oct - 1:18

Cher septimus, j'ai fait un compromis dans mon post 393. Comme ça, tous seront contents Very Happy . salut5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
septimus
Proconsul
Proconsul
avatar

Age : 43
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Jeu 15 Oct - 14:15

Je te remercie, cher Emblémiste, même si je n'attache pas une importance capitale à telle ou telle graphie. C'est que je ne connaissais pas celle que tu proposais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://septimus-coins.blogspot.com/
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Ven 16 Oct - 2:36

395

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 5) Les écuries d’Augias

Les monnaies provinciale et impériales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte) et Cologne, portent sur l'avers les têtes à droite d’Antonin le Pieux et celles superposées de Postume et d'Hercule, et, sur le revers de la première, Héraclès (Hercule) debout à droite marchant à droite ayant ses bras étendus vers une pioche et une fontaine au tuyau en forme de tête humaine qui verse l’eau. Cette fontaine représente les deux fleuves dont Héraclès dévia les eaux pour nettoyer les écuries d’Augias. Sur le revers de la seconde, Hercule debout à gauche avec une pioche, attaquant le fleuve Alphée.

http://www.acsearch.info/record.html?id=38522

https://www.sixbid.com/browse.html?auction=2891&category=59541&lot=2417595

Après quatre premières épreuves qui renforcèrent un peu plus la légende du héros, Eurysthée  king3 décida de froisser l’amour-propre d’Héraclès confused en lui assignant une mission aussi laborieuse que dégradante : nettoyer, en un seul jour, les immenses écuries (en fait plutôt des étables) d’Augias, qui étaient dans un état de saleté répugnante hein69 . Selon le roi, l’orgueilleux fils de Zeus (Jupiter) méritait une bonne leçon de modestie et quoi de plus jouissif, pour un homme comme Eurysthée, que d’humilier un demi-dieu ? Héraclès, résigné, accepta l’ordre sans broncher : c’était le prix à payer pour conquérir l’immortalité oui . Pour les antécedents de ces travaux, voir mon post n.º 390, La légende d'Héraclès (Hercule). Eurysthée avait plaisir à imaginer mdr18 le dégoût d'Héraclès Embarassed , obligé de charger le fumier dans des paniers qu'il transporterait sur ses épaules.

Augias, roi d'Elis king3 , au nord-ouest du Péloponnèse, était fils d'Hélios, par Naupiadamé fille, fille d'Amphidamas ; ou, selon certains, par Iphiboë  geek . D'autres en font le fils de Poséidon. Il était l'homme le plus riche de la terre fumeur , en bétail : en effet, par une grâce divine, ses troupeaux préservés de toute maladie étaient d'une fécondité sans pareille. La plupart du temps les naissances donnaient des femelles, il possédait néanmoins trois cents taureaux noirs à pattes blanches et deux cents taureaux reproducteurs rouges. En outre, il avait douze taureaux blanc argenté consacrés à son père Hélios. Ces douze taureaux défendaient ses troupeaux contre les bêtes sauvages animaux16 croco roi serpent , qui, des collines boisées, venaient roder autour d'eux. Le fumier provenait aussi des chevaux offerts par son père.

Héraclès était bien décidé à ne pas perdre plus d’une journée dans ce travail d’esclave, sans aucun doute le plus dégradant qu’il n’aura jamais à réaliser. Le héros longe le nord de la péninsule, traverse l’Achaïe et arrive aux frontières de l’Elide où une forte odeur âcre parvient à ses narines triste . Au fur et à mesure qu’il pénètre à l’intérieur de la région, l’air se fait de plus en plus irrespirable et Héraclès découvre la cause de cette puanteur hein86 : les pâturages de la vallée se trouvent totalement recouverts d’excréments bovins et la couche nauséabonde empêchent non seulement le labourage des terres d’Elide mais en plus, elle commence à asphyxier les peuples voisins. Le héros comprend assez vite que cette puanteur est liée au travail qui lui a été confié et il part à la rencontre du fameux Augias.

Or, le fumier dans les écuries d'Augias n'avait pas été enlevé depuis trente ans. Confiant en sa force  balaise, Héraclès demande à être reçu par Augias. Sans jamais évoquer l’ordre d’Eurysthée, il proposa de curer ses écuries avant la nuit en échange d'un dixième de son troupeau. Augias se mit à rire arff ; il pensait que la chose n'était pas possible et il appela Phylée, son fils aîné  Shocked , pour être témoin de l'offre d'Héraclès. Le héros jura et Augias, de même, prêta serment. Sur place, Héraclès constata le degré extrême de saleté ; jamais il n’avait vu autant d’immondices dans un même lieu et le nettoyage allait nécessiter sans aucun doute une immense quantité d’eau. Sur les conseils de Ménédèmos l'Eléen et avec l'aide de son compagnon Iolaos Neutral , après avoir mis les animaux à l’abri, il fit d'abord une brèche dans le mur des Écuries en deux endroits, d’entrée et de sortie. Ensuite se lança sur les bords des deux rivières du voisinage, l'Alphée (voir mon post n.º 42, La légende d’Alphée et Aréthuse) et le Pénée, et il creusa deux tranchées en direction des étables ; avec sa force titanesque balaise il jeta dans les eaux des fleuves les plus lourdes pierres qu’il rencontra et bloqua ainsi leurs cours naturels. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, l’Alphée et le Pénée s’écoulèrent dans les canaux tracés par Héraclès et se précipitèrent vers les écuries, les décrassant, les nettoyant, les purifiant. Les eaux tumultueuses charrièrent tout le fumier accumulé et emportèrent avec elles l’énorme couche d’excréments qui étouffaient les terres fertiles d’Elide. Héraclès contempla fièrement le résultat de sa grande lessive et, voyant s’éloigner vers la côte les flots infâmes, il répara les dommages qu’il avait causé. En une seule journée et sans se salir le bout d'un doigt, le héros réussit à rendre aux étables royales leur aspect originel ; en deux temps il colmata les brèches de l’écurie et rendit aux deux fleuves leur lit d’origine.

Réjoui d’avoir fini sa corvée mdr18 , Héraclès s’en retourne au palais d’Augias bien décidé à faire respecter l’engagement du roi. Mais celui-ci, qui avait appris par Coprée qu'Héraclès obéissait aux ordres d'Eurysthée en nettoyant les écuries, refusa de payer le prix convenu No et il eut même l'audace de dire qu'il n'y avait jamais eu entre Héraclès et lui aucun marché conclu.

Héraclès retint sa colère grr1 avec une surprenante maîtrise et proposa que l'affaire fût soumise à un arbitre, mais lorsque les juges furent assis et que Phylée, cité comme témoin par Héraclès, attesta la vérité oui, Augias se dressa furieux et les bannit tous deux de l'Elide grr2 en déclarant qu'Héraclès l'avait trompé car c'étaient les dieux-fleuves et non pas lui qui avaient effectué tout le travail. Philée s’exila à Doulichion et quant au héros, il quitta l’Elide non sans avoir promis au malhonnête Augias qu’il reviendrait lui faire la guerre.

Héraclès se présenta une nouvelle fois devant la cour d’Eurysthée pour lui annoncer le succès de son cinquième travail ; mais Eurysthée était réellement de mauvaise humeur : le dégradant labeur qu’il exigea du héros ne l’avait pas soulagé, maintenant il refusait de prendre en compte la réussite de l’épreuve ; le fourbe Eurysthée prît connaissance du marché entre Augias et Héraclès et ce dernier ne devait demander aucun salaire tant qu’il ne terminerait pas ses travaux ruiné.

Voici des liens pour cette légende :

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm  (section V)

http://mythologica.fr/grec/heraclet05.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89curies_d%27Augias

http://hercule.travaux.free.fr/travail5.php


Dernière édition par Emblémiste le Mar 26 Juil - 14:51, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Sam 17 Oct - 2:09

396

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 6) Les oiseaux du lac Stymphale

Les monnaies provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), portent sur leur avers les bustes à droite d’Antonin le Pieux, et, sur les revers, Héraclès (Hercule) debout à droite tirant vers le haut avec arc et flèche, ayant devant lui des oiseaux du lac Stymphale dans l’air et sur le sol.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm (section VI)

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/14801/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=7

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/14802/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=8

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15195/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=21

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13980/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=45

Le Sixième des douze travaux imposés à Héraclès viking par le roi Eurysthée king3, dont l’accomplissement allait solliciter les principales qualités du héros, à savoir sa force brute viking, sa vigueur physique :balaise:et sa dextérité dans le maniement de l’arc, fut d'exterminer les innombrables oiseaux planeurplaneurplaneur , consacrés à Arès (Mars), qui, effrayés par les loups du ravin des Loups, sur la route d'Orchomène, s'étaient rassemblés autour du lac Stymphale, en Arcadie. Pour les antécedants de ces épreuves, voir mon post n.º 390, La légende d’Héraclès (Hercule).

Le bec, les serres et les ailes, de ces immenses volatiles semblables à des ibis étaient en airain et les plumes en bronze, et ils s’alimentaient de chair humaine. Nombreux à obscurcir le ciel, ils se reproduisaient auprès du fleuve du même nom, s'envolant par bandes, de temps en temps, pour tuer des hommes et des animaux :hein69:en leur lançant une grêle de plumes de bronze et semaient la terreur autour du lac. Leurs abondantes fientes pestilentielles détruisaient les cultures ce qui amenait la famine faim . Cachés dans les frondaisons des marécages qui entouraient le lac, les oiseaux restaient inaccessibles.

Héraclès quitta Mycènes et s'élança vers le centre du Péloponnèse pour atteindre l'Arcadie. Tout au long de son trajet il constatait les terribles dommages que provoquaient les attaques incessantes des rapaces : non seulement les récoltes sont souillées par leurs fientes mais surtout les victimes picorées par les carnassiers se comptent par centaines lors de chaque assaut. Le héros mesura le désespoir des populations et, le cœur rempli de haine grr1 , il hâta le pas en quête de ces maudits oiseaux. Les gens qu'il rencontrait le guidaient sur les traces des volatiles car tout le monde savait que le fils de Zeus (Jupiter) était le seul à pouvoir supprimer le terrible fléau qui les frappait oui . Après quelques jours, Héraclès parvient finalement aux bords du lac Stymphale, tout près de la cité du même nom. D'horribles cris perçants permettent au héros de localiser leur refuge, un marais entouré d'épaisses forêts. Il comprit alors qu'il lui serait impossible de chasser les oiseaux avec ses flèches hein69 car ces espaces marécageux n'étaient ni assez fermes pour supporter le poids d'un homme ni assez liquides pour qu'on put utiliser un bateau No . Comme Héraclès, indécis, s'était arrêté sur le bord du lac, Athéna (Pallas, Minerve) lui remit une paire de grelots (ou une crécelle) de bronze, fabriquées par Héphaïstos.

S'étant mis sur un éperon du mont Cyllène, qui domine les marais, Héraclès fit sonner ses grelots ou tourner sa crécelle, et déclencha un tel vacarme tire langue que les oiseaux, effrayés, s'élevèrent dans le ciel par bandes planeurplaneurplaneur , en un vol immense. Il en abattit alors un nombre considérable tandis qu'ils s'envolaient vers l'île d'Arès dans la mer Noire, où les Argonautes retrouvèrent plus tard les survitants (voir mon post n.º 354, La légende de Jason et la Toison d’or).

Acclamé par toute l'Arcadie Bravo12Bravo12 Bravo12bravo2 , le héros reprend le chemin de Mycènes ; sur place, il informa la cour de son nouveau succès reveil6 . Eurysthée ne se permît pas cette fois-ci de refuser un exploit appuyé par Athéna en personne. Avec ce sixième travail accompli, Héraclès avait clos ses aventures dans la péninsule du Péloponnèse. A partir de ce moment il allait parcourir le monde méditerranéen dans sa totalité.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet06.htm

http://hercule.travaux.free.fr/travail6.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Oiseaux_du_lac_Stymphale


Dernière édition par Emblémiste le Lun 3 Fév - 1:09, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
avatar

Age : 54
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Sam 17 Oct - 12:04

merci :super12:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Sam 17 Oct - 13:15

Merci bien Brutus. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Dim 18 Oct - 2:21

397

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 7) Le Taureau crétois

Les monnaies provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), Anchialus et Hadrianopolis (Thrace) et Sélinos (Sicile), et impériale romaine de Cologne, portent sur leurs avers les têtes ou bustes à droite d'Antonin le Pieux, Gordien III et Postume, et, sur l'avers ou le revers, Héraclès debout à droite ou à gauche capturant le taureau crétois.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm  (section VII)

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13964/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=26

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15333/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=35

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15203/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=36

https://www.sixbid.com/browse.html?auction=2891&category=59541&lot=2417583

Jusqu'à maintenant les six premiers travaux d'Héraclès s'étaient déroulés dans le Péloponèse (pour les antécédents de ces épreuves, voir mon post n.º 390, La légende d’Héraclès (Hercule)). Cependant, pour le septième travail, Eurysthée king3 , le roi de Micènes et de Tirynthe, ordonna à Héraclès viking d'aller plus loin et de capturer vif le taureau blanc de l'île de Crète dont Minos avait empêché le sacrifice à Poséidon (Neptune) ; pour le punir, le dieu avait inspiré à Pasiphaé , l'épouse de Minos, un amour contre nature dont le fruit serait le Minotaure (voir mes posts n.º 6, sur La légende de Thésée et le Minotaure, n.º 38, La légende du Minotaure et le labyrinthe de Crète, et n.º 170, La légende de Minos).

A cette époque, le taureau ravageait la Crète hein69 , spécialement la région arrosée par le Téthris, arrachant les plantations dans les champs et renversant les murs des vergers.

Lorsque Héraclès s'embarqua pour la Crète, Minos lui offrit toute l'aide qui était en son pouvoir car il n'était pas fâché qu'on le débarrassât de l'animal. Dans une autre version Minos ne lui proposa aucune aide, jugeant que le héros était parfaitement capable de s'en sortir tout seul.

Effectivement Héraclès préféra capturer le taureau à mains nues, bien qu'il soufflât des flammes par son museau et fût doué d'une force incroyable. Il y parvint en sautant sur l’animal et en lui saisissant les cornes. Après un long et dur combat, Héraclès revint en Grèce sur le dos du taureau à travers la mer qui sépare la Crète de Tyrinthe en Argolide et ramena le monstre à Mycènes où Eurysthée, ne voulant pas s’encombrer d’un tel animal No , le dédia à Héra (Junon) et le remit en liberté.

Mais Héra, ne voulant pas d'un présent qui contribuât à la gloire d'Héraclès, mena d'abord le taureau à Sparte puis le ramena par l'Arcadie ; elle lui fît traverser l'isthme et le conduisit à Marathon en Attique, où il sema la panique et tua même Androgée fils de Minos et roi de Paros king3 . Thésée par la suite le captura et l'amena à Athènes pour l'offrir en sacrifice à Athéna (voir mon post n.º 210, La légende de Thésée et le taureau de Marathon).

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet07.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Taureau_cr%C3%A9tois

http://hercule.travaux.free.fr/travail7.php


Dernière édition par Emblémiste le Mar 26 Juil - 14:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Lun 19 Oct - 1:21

398

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 8) Les juments de Diomède

Les monnaies impériale de Rome et provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), Alinda (Carie), Hadrianopolis (Thrace), Heracleia Pontica (Bithynie) et Tarente (Calabre) portent sur leurs avers les têtes ou bustes à droite d'Athéna, Antonin le Pieux, Septime Sévère, Commode, Gordien III, et Macrin, et le buste de Postumus à gauche, et, sur les revers, Héraclès (Hercule) debout avançant à droite ou à gauche levant sa massue et tenant soit un cheval sautant à gauche ou à droite et le corps de Diomède tombé à ses pieds, soit tenant Diomède par les cheveux et des cavales des deux côtés ou un quadrige au fond.  

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm  (section VIII)

http://www.acsearch.info/record.html?id=15646

http://www.acsearch.info/record.html?id=37294

http://www.acsearch.info/record.html?id=37355

http://www.acsearch.info/record.html?id=381631

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13488/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=17

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15223/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=27

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13978/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=38

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/10483/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=55

http://www.elsen.eu/index.aspx?tabindex=17&tabid=65&productid=320004&directoryid=+7230&ctrl=auction116details

Pour le huitième de ses douze travaux Eurysthée  king3  donna l'ordre à Héraclès (Hercule) de capturer les quatre juments sauvages aux mâchoires de cuivre de Diomède, le roi de Thrace. Celui-ci était le fils d'Arès (Mars) et de la neréyde Cyrène (voir mon post n.º 163, La légende de Cyrène), soit des relations incestueuses d'Astéria (voir mon post n.º 78, sur La légende d'Astéria) et de son père Atlas Embarassed .

capello  Diomède king3 régnait sur le peuple belliqueux des Bistones, et ses écuries, dans la ville de Tirida, à présent disparue, étaient la terreur de la Thrace hein69 . Il maintenait ses juments attachées par des chaînes de fer à leurs mangeoires de bronze et les nourrissait de la chair des voyageurs égarés sur ses terres. Elles avaient pour nom Dinos, Lampon, Podargos et Xanthos.

Sans doute intéressé par la conquête de la Thrace, Eurysthée autorisa Héraclès de constituer une troupe de jeunes volontaires afin de vaincre plus aisément les barbares. Même si Héraclès était persuadé qu'il était assez fort pour dérouter seul n'importe quelle armada, il céda finalement face à l'obstination des hommes les plus motivés. Parmi ceux-ci figurait l'un de ses amis nommé Abdéros oui , originaire de la cité d'Oponte en Locride et fils du dieu Hermès (Mercure) ; le héros lui faisait tellement confiance qu'il le chargea d'organiser la traversée en bateau. Quand s'achevèrent les préparatifs et que l'équipe était prête à mettre les voiles, Héraclès fit savoir qu'il ne les accompagnerait pas sur la mer Egée  No . Il préféra faire le voyage en marchant plutôt que de supporter l'incessant tangage du navire ; il leur donna rendez-vous sur place, en Thrace, quitta Mycènes et entama une très longue promenade que seule une extraordinaire constitution physique pouvait lui permettre de surmonter, et tout cela à cause de son mal de mer !

Le héros traversa l'isthme du Péloponnèse, puis la Béotie avant d'atteindre la Thessalie. Là, quelque peu fatigué, il décida de faire une petite halte chez son ami Admète king3 , souverain de Thessalie et l’un des argonautes, dont l’épouse Alceste fille venait de se sacrifier pour son mari. Il n’hésita pas a descendre la rechercher aux Enfers (sa première descente), à disputer sa proie à Thanatos (voir mon post n.º 216, La légende de Thanatos). Il rendit à son époux Admète la méritante défunte Alceste.

Ensuite il traversa la Macédoine puis la Chalcidique et atteignit finalement la Thrace. Arrivé à Tirida, il se rendit maître des valets d'écurie de Diomède et mena les juments jusqu'à la mer où il les laissa sur une petite colline sous la garde d'Abdéros, puis il se tourna contre les Bistones que Diomède avait lancé à sa poursuite. Comme son camp allait succomber sous le nombre, Héraclès creusa une tranchée qui permit à la mer d'inonder les basses terres et ainsi il vint à bout de ses ennemis.

Il poursuivit les Bistones qui s'étaient mis à fuir, assomma Diomède avec sa massue viking , traîna son corps autour du grand lac qui venait de se former, et le présenta à ses propres juments qui dévorèrent sa chair encore vivante triste . Cependant elles avaient malheureusement dévoré aussi Abdéros pendant qu'Héraclès était occupé. Rassasiées, selon la légende aussitôt elles redevinrent herbivores. Le héros put alors facilement les capturer et les conduire à Tirynthe pour les donner à Eurysthée. Héraclès enterra le corps d’Abdéros et fonda autour du tombeau la ville d’Abdère.

Ayant vu de loin les juments, Eurysthée préféra les laisser errer sur le mont Olympe où elles furent sans doute dévorées par des bêtes sauvages serpent animaux16 roi . Selon d'autres sources, elles furent sacrifiées à la déesse Héra et on dit que leur descendance se perpétua jusqu'aux temps d'Alexandre le Grand. D’après la tradition, son cheval Bucéphale animaux15 descendait de l'une des pouliches de Diomède.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet08.htm

http://hercule.travaux.free.fr/travail8.php


Dernière édition par Emblémiste le Ven 20 Nov - 2:49, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Pontif
Pontif
avatar

Age : 66
Date d'inscription : 21/05/2008

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Lun 19 Oct - 10:46

...té Emblémiste j'ai pensé à toi en regardant la télé en rapport aux évènements qui se passent à Rio...le gouvernement semble vouloir prendre des mesures avant les jeux Olympiques...dommage que tu n'habites pas Rio je me serais fais un plaisir d'accepter ton invitation de m'héberger pour la durée fes jeux Laughing ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   Lun 19 Oct - 14:37

Oui Bruno, désolé pour cela. Mais à Brasilia je serais à ta disposition. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mar 20 Oct - 2:54

399

Les douze Travaux Héraclès (Hercule) - 9) La ceinture d’Hippolyte

Les monnaies provinciales et impériale romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte), Tomis (Mésie inférieure), Herecleia Pontica (Bithynie) et de Cologne, portent sur leurs avers les têtes ou bustes, à droite d’Antonin le Pieux, Elagabale, Gordien III et Macrin, et à gauche de Postume, et, sur les revers, Héraclès (Hercule) levant sa massue, luttant avec l’amazone Hippolyte debout, montée à cheval ou tombée en terre.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm   (section IX)

http://www.acsearch.info/record.html?id=41992

http://www.acsearch.info/record.html?id=42128

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15338/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=12

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15336/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=23

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15545/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=24

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13979/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=32

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/14888/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=33

https://www.sixbid.com/browse.html?auction=2891&category=59541&lot=2417597

Le neuvième des douze Travaux d'Héraclès fut d'apporter à la fille d'Eurysthée king3 , la capricieuse Admètè, qui la convoitait, la ceinture d'or que portait la reine des Amazones, Hippolyte, ou Hippolyté. Cette ceinture magique, emblème du pouvoir des femmes guerrières, cadeau d’Arès (Mars) son père, ornait la robuste taille d’Hippolyte qui régnait à l’est sur les pentes du Caucase ou les plaines du Danube. Pour les antécédents de ces travaux, voir mon post n.º 390, La légende d’Héraclès (Hercule).

capello Ayant frété un navire, et réuni une troupe de volontaires, parmi lesquels se trouvaient Iolaos Shocked , Télamon d'Egine Neutral , Pelée d'Iolcos Suspect et, d'après quelques récits, Thésée d'Athènes (voir mes posts n.º 6, La légende de Thésée et le Minotaure, et n.º 210, La légende de Thésée et le Taureau de Marathon), Héraclès mit à la voile en direction du fleuve Thermodon (voir mon post n.º 353, La légende du Thermodon).

Au moment où Héraclès se rendit chez les amazones, elles avaient toutes regagné le fleuve Thermodon et leurs trois villes étaient gouvernées par Hippolyte, Antiope et Mélanippe pompom girls (voir mon post n.º 95, La légende d’Arné (Mélanippe)). Parvenu à l'embouchure du Thermodon après une série de péripéties chemin faisant, Héraclès jeta l'ancre dans le port de Thémiscyra. A sa grande surprise, Hippolyte fille lui rendit visite dès qu'il mit pied à terre, sans la moindre intention belliqueuse, comme s'il s'agissait de la réception d'un hôte de la plus haute autorité. En descendant du navire, tous furent subjugués par la beauté sauvage de la reine, ses vêtements, composés de morceaux de fourrures hirsutes, laissaient entrevoir une peau brunie par le soleil, des bras musclés par les combats à l'épée et de longues jambes sculptées tout au long de l'année par ses excursions à cheval, monté " en amazone " animaux15 . Héraclès aussi avait les yeux fixés hein86 sur la reine mais pas pour les mêmes raisons No: son regard se dirigeait vers l'objet de sa venue en Bithynie, à savoir la ceinture d'or qui enveloppait la fine taille d'Hippolyté. La charmante amazone lui invita alors à l'entretenir en privé au sujet de sa venue, ce à quoi consentit le héros sans aucune méfiance ange12 . L’attitude calme et pondérée de celui-ci allait enfin pouvoir lui permettre de résoudre l'un de ses travaux sans verser la moindre goutte de sang l'espérait-il. Il plut beaucoup à Hippolyte, sans doute séduite amour60 par ses puissants pectoraux et sa barbe foisonnante, et qu'il se permit de révéler à la reine, sans rien occulter, la raison de son arrivée en Bithynie. Après avoir écouté le récit du héros, la reine, envoûtée et conquise, lui promit son merveilleux ceinturon d'or qu'elle dégrafa assez vite. Elle était sur le point de le lui remettre quand Héra (Junon), déguisée en Amazone, était allée partout répandre le bruit que ces étrangers avaient l'intention d'enlever Hippolyte ; les femmes-guerrières alors, pleines de courroux grr2 grr1 , sautèrent en selle et attaquèrent le navire cavalier cavalier cavalier cavalier . Héraclès, croyant à une trahison, tua Hippolyte de sa main, lui retira sa ceinture, prit sa hache et d'autres armes et se prépara à se défendre. Il tua tour à tour toutes les Amazones qui dirigeaient la bataille, et mit en déroute leur armée après un terrible massacre.

Le voyage de retour fut plein d’autres aventures et prouesses. Arrivé à Mycènes Héraclès pût enfin remettre la ceinture d'or à Eurysthée. On raconte que sa fille Admète ne fut pas plus impressionnée que cela, il faut dire qu'il s'était écoulé pas mal de temps depuis le départ d'Héraclès ; toujours est-il que beaucoup de sang avait coulé pour céder aux caprices d'une princesse geek .

Voici des liens pour ce mythe :

http://mythologica.fr/grec/heraclet09.htm

http://hercule.travaux.free.fr/travail9.php


Dernière édition par Emblémiste le Mar 26 Juil - 14:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
avatar

Age : 79
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE) - Nouvelle série   Mer 21 Oct - 3:05

400

Les douze Travaux d’Héraclès (Hercule) – 10) Le troupeau de Géryon

Les monnaies provinciales romaines des liens ci-dessous, d’Alexandrie (Egypte) et Périnthe (Thrace), portent sur leurs avers les têtes ou bustes à droite d’Antonin le Pieux et Géta, et, sur les revers, Héraclès (Hercule) capturant les boeufs de Géryon, ayant le corps de Géryon ou d’Eurytion prostré sur terre à gauche, soit Héraclès debout à droite en train de tuer Géryon gisant à gauche.

http://www.fredericweber.com/articl_dieux/article_travaux_d_hercule.htm

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15600/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=20

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/15864/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=30

http://rpc.ashmus.ox.ac.uk/coins/13595/?search&stype=icono&design_group=1&provinces=any&design-0=161&rno=44

Le dixième des douze Travaux d'Héraclès fut de ramener le fameux troupeau de Géryon d'Erythie, une île située près de l'Océan, sans autorisation ni paiement. Pour les antécédents de ces travaux, voir mon post n.º 390, La légende d’Héraclès (Hercule), dans cette série.

capello Géryon, fils de Chrysaor et de Callirhoé fille, fille d'Océan (voir mon post n.º 331, La légende d’Océan) était roi de Tartessos king3 , en Espagne, et il avait la réputation d'être l'homme le plus fort de la terre. Il était né avec trois têtes, six mains et trois corps réunis à la taille  hein69 . Quant à ses troupeaux, les superbes bœufs au pelage écarlate, ils étaient gardés par le géant berger Eurytion, fils d'Arès (Mars), et par le chien à deux têtes Orthos (ou Orthros), né de Typhon (voir mon post n.º 381, La légende de Typhon (Typhée)) et d'Echidna (voir mon post n.º 122, La légende d’Hercule et Echidna) et qui avait appartenu à Atlas.

Héraclès partit en expédition. Accablé par la chaleur dans le désert de Lybie, le héros menaça Hélios de ses flèches. Pour l’apaiser, le Soleil lui prêta un anneau d’or qui permettait de franchir l’Océan sur la coupe qu’il empruntait lui-même chaque soir pour gagner son palais en Occident. Héraclès franchit le détroit mer-océan, y élevant les deux colonnes Calpé et Abyla (rochers de Gibraltar et de Ceuta), les colonnes d’Hercule, pour laisser trace de son passage. Il dut encore menacer Océan de ses flèches afin qu’il calmât les vagues déchaînées.

Aussitôt arrivé, il se rendit au mont Abas. Le chien Orthos :chien2:s'élança sur lui en aboyant, mais Héraclès l'abattit de sa massue viking et Eurytion forum55 , qui se précipitait au secours d'Orthos, périt de la même manière. Héraclès se mit alors à emmener le troupeau. Ménoetès, qui faisait paître les troupeaux d'Hadès diable dans le voisinage rapporta la nouvelle à Géryon. Défié en un combat singulier, Héraclès attaqua Géryon par le flanc et le transperça en lui envoyant une flèche dans le côté qui traversa ses trois corps. Puis, comme Héra (Junon) se précipitait pour aider Géryon, Héraclès la blessa d'une flèche au sein droit et elle s'enfuit. Ainsi, il obtint le troupeau sans autorisation ni paiement. Puis il emporta son bétail soit dans la nacelle d'or, soit au cours d'un long voyage par voie terrestre en traversant l'Espagne, la France, l'Italie et la Sicile, en atteignant même la mer Noire, et connaissant ainsi de nombreuses autres aventures héroïques et civilisatrices, avant de rentrer chez lui sain et sauf.

D'après certains, il passa par Abdère, une colonie phénicienne, puis par l'Espagne, en laissant en arrière quelques-uns de ses compagnons comme colons. Pendant qu'Héraclès conduisait le troupeau à travers la Ligurie, deux fils de Poséidon, nommés Ialébion et Dercynos, essayèrent de le lui voler ; il les tua l'un et l'autre.

Lorsqu'il passa les Alpes Liguriennes, Héraclès construisit une route pour ses armées et ses fourgons à bagages ; il détruisit également toutes les bandes de brigands qui infestaient le défilé avant de pénétrer dans ce qu'on appelle la Gaule cisalpine et l'Etrurie. C'est seulement après avoir parcouru toute la côte italienne et après avoir traversé la mer pour aller en Sicile, qu'il se dit: " Je me suis trompé de route! " Neutral Les Romains disent que lorsqu'il atteignit l'Albula (appelé le Tibre par la suite) il fut reçu par le roi Evandre king3 , exilé d'Arcadie (voir mon post n.º 39, sur La légende d’Hercule et Evandre). Le soir, il traversa à la nage en poussant devant lui le troupeau et s'étendit sur l'herbe pour se reposer. Dans une profonde caverne du voisinage, vivait un berger hideux, à trois têtes et aux proportions gigantesques. Il s'appelait Cacus, fils d'Héphaïstos (Vulcain) et de Méduse (voir mes posts n.º 3, La légende de Persée et la Méduse, et n.º 334, La légende des Gorgones), et il semait la terreur dans la forêt Aventine ; ses trois bouches crachaient des flammes Beurk . Des crânes humains et des bras étaient cloués sur les parois de sa caverne dont le sol était blanchi par les ossements accumulés de ses victimes. Pendant qu'Héraclès dormait, Cacus lui vola ses deux plus beaux taureaux ainsi que quatre génisses qu'il tira à reculons dans son repaire.

Lorsqu’Héraclès s'éveilla, il remarqua immédiatement qu'il manquait des bêtes au troupeau. Après les avoir cherchées en vain, il était sur le point de continuer sa route avec le reste du troupeau quand une des génisses volées poussa un beuglement de faim. Héraclès, ayant repéré d'où venait le cri, se dirigea vers la caverne mais il trouva l'entrée barrée par un rocher que dix bœufs attelés n'auraient pas pu déplacer. Cependant, il l'écarta comme s'il s'était agi d'un simple caillou, et, sans se soucier des flammes qui sortaient des bouches de Cacus, il le prit à bras-le-corps et lui arracha la peau du visage à force de coups.

Revenant en Italie en quête d'une autre route vers la Grèce, Héraclès conduisit son troupeau le long de la côte orientale, puis se proposa de le conduire en Epire, à travers l'Istrie et de là au Péloponnèse, en passant par l'Isthme. Mais à l'entrée du golfe de l'Adriatique, Héra envoya un taon qui jeta la panique dans le troupeau qui se répandit en Thrace et dans le désert de Scythie où Héraclès partit à sa poursuite.

Héraclès, après être rentré en possession de ses juments et de la plus grande partie de son troupeau, le ramena en lui faisant traverser le Fleuve Strymon (voir mon post n.º 209, La légende du Strymon), qu'il combla avec des pierres pour la circonstance, et n'eut pas d'autres aventures jusqu'à ce qu'Alcyonée, le berger géant qui avait pris possession de l'isthme de Corinthe, lançât un rocher contre l'armée qui, comme de coutume, suivait Héraclès ne détruisant pas moins de douze chars et tuant le double de cavaliers. C'est ce même Alcyonée, qui, par deux fois, avait volé le troupeau sacré d'Hélios, une première fois d'Erythie et une seconde fois de la citadelle de Corinthe. Non content d'avoir attaqué les compagnons d'Héraclès, il reprit le rocher et, cette fois, il le lança contre le héros en personne qui le lui renvoya d'un coup de massue :viking:et tua ainsi le géant.

Le reste du voyage se déroula sans entrave et le héros arriva à Mycènes avec la quasi-totalité du troupeau de Géryon et malgré les nombreuses tentatives de vols dont il a été victime le dixième travail arriva à son terme. Eurysthée commençait à trouver le temps long quand on le prévint que le héros attendait aux portes de la ville. Le roi, fit introduire l'immense troupeau, admira leur beauté et ordonna de les sacrifier en l'honneur d'Héra.

André Alciat dédia à Géryon l’emblème 40, Concordia insuperabilis, de son Livret des Emblèmes, dont voici des traductions en vieux français :

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/french/picturae.php?id=FALc040

Concorde insuperable.

Si grand concorde, & foy entre trois freres,
Si grand amour fut en tous leurs affaires,
Qu’ilz furent Roys vinqueurs : & vincuz non.
Tous trois nomméz Geryon, d’ung seul nom.

Que la concorde est invincible.

Entre trois freres Geryons
Meuz de mesmes affections,
De volonté & conseil mesme,
L’amitié se maintint extreme,
Et tindrent en stabilité
L’estat de leur Principauté :
Si qu’il ne fut jamais possible
Vaincre vertu tant invincible.
Aussi tous trois communément
N’avoient qu’un nom ensemblément.

Ceux qui vivent en concorde ne peuvent estre surmontés.

Telle fut la concorde en trois freres germains,
Tel leur amour commun, telle leur charité,
Que jamais Prince aucun ne les a surmonté,
Quoy que les Geryons eussent ennemis maints.

Voici des liens pour cette légende :

http://mythologica.fr/grec/heraclet10.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Geryon

http://hercule.travaux.free.fr/travail10.php


Dernière édition par Emblémiste le Ven 20 Nov - 2:51, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 32 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33 ... 36 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» MONNAIES DE LEGENDES (EMBLEMISTE)
» Vrai douzain Huguenot à identifier
» Comment envoyer des monnaies par la poste ?
» Méthode pour envoyer des monnaies par la Poste.
» deux monnaies dont une trop bizarre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Numismatique de l'antiquité :: MONNAIES DE L'EMPIRE ROMAIN :: Monnaies de l'Empire Romain-
Sauter vers: