Monnaies de l'antiquité
 
Le siteLe site  AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pompée et la mer

Aller en bas 
AuteurMessage
simo75
COS VI
COS VI
simo75

Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 0:40




coucou coucou coucou


Petit post sur quelques monnaies frappées par Pompée le Grand et des fils et sur l’iconographie de ces deniers républicains.  Je laisserai de côté l’histoire personnelle des 2 célèbres généraux romains, trop longue et bien mieux contée dans les centaines de livres déjà publiés !
Je me contenterai de citer certains passages qui intéressent directement ou indirectement l’iconographie numismatique et d’une brève présentation des personnages.



Pompée dit «  le Grand » (Cnaeus Pompeius Magnus, 106-48 av. J.C.)


Buste de Pompée, Louvre




Brève présentation

Brillant général et politicien romain, il fut d’abord un allié, ensuite un ennemi de César. Dès la guerre civile de 83-82 av. J.-C. il s’illustre en tant que talent militaire et grâce à ses victoires successives contre les esclaves de Spartacus, contre Sertorius en Espagne, ainsi que contre les pirates en Méditerrané et Mithridate VI du Pont, il deviendra par la suite l’homme politique le plus puissant et prestigieux de la république romaine

Il sera par la suite un allié de César et Crassus, lesquels appartenaient au parti des populares et avaient ensemble des intérêts communs. Pompée était du camp des optimates (c’est-à-dire de tendance conservatrice et issue de l’aristocratie) mais il sera également appuyé par une partie des membres des populares,. Ensemble ils fondent une entente commune qu’on appellera le Premier Triumvirat.
L’entente entre les 3 ne durera pas longtemps et la confrontation entre les 2 hommes forts de la république est inévitable.  A partir de 49 av. J.-C Pompée sera de côté des républicains dans la guerre civile contre César. Il sera battu à la bataille de Pharsale et mourra assassiné en Egypte.

Il aura 2 enfants : Pompée le jeune (tué vers 44 av. J.-C), Sextus Pompée (assassiné en 35 av. J.-C) et une fille : Pompeia Magna


Un fort sympathique aureus nous montre la famille au complet

L’aureus à été frappé en 42 av. J-C par Sextus Pomée. C’est son buste qui a été gravé à l’avers. Au revers, son frère Pompée le Jeune et le père Pompée le Grand. Il s’agit du première monnaie dynastique frappée par les Romains. A noter que le frère et le père sont déjà morts donc il s’agit d’une monnaie commémorative.  Toujours au revers le lituus et le tripode, instruments des sacrifices


Sextus Pompeius Magnus Pius. Aureus (Gold, 7.96 g 6), uncertain Sicilian mint, 42. MAG. PIVS. IMP. ITER Bare head of Sextus Pompey to right, wearing short beard; around, oak wreath. Rev. PRAEF / CLAS. ET. ORAE / MARIT. EX. S. C Bare heads of Pompey the Great, on left, and Gnaeus Pompey, on right with light beard, facing each other; on left, lituus; on right, tripod.




Voici un aureus rarissime, frappé en 71 av. J.-C. (bien que la date est discutée) par Pompée le Grand, célébrant son triomphe de ces campagnes qu’il a mené en Espagne (contre Sertorius) en Afrique (en 82 av. J .-C).contre les troupes marianistes. L’avers symbolise l’Afrique coiffée d’une peau d’éléphant. Au revers, Pompée en triomphe sur un quadrige.


Cnaeus Pompeius Magnus
Aureus 71, AV 8.91 g. MAGNVS Head of Africa right, wearing elephant's skin; on l., jug with handle to l.; on r., lituus. All within wreath. Rev. Pompey in triumphal quadriga r., holding branch in r. hand; on near horse, rider; above, flying Victory with wreath. In exergue, PRO•COS.







La guerre contre les pirates (67- av. J.-C.)


Pompée sera le grand protagoniste de cette guerre et il ne se privera pas de le rappeler dans les deniers qu’il frappera par la suite. Donc il me semble intéressant de s’arrêter un peu sur ce moment de l’histoire de Pompée et la présenter à ceux qui ne la connaissent pas.

La présence de pirates dans la Méditerranée était devenue tellement problématique et généralisée qu’ils avaient même osé attaquer le port d’Ostie. César sera parmi les victimes célèbres des actes de piraterie !



Plutarque,César, 2-5

« Après y avoir séjourné peu de temps, il se remit en mer, et fut pris auprès de lîle de Pharmacuse par des pirates, qui, dès cette époque, infestaient déjà la mer avec des flottes considérables et un nombre infini d’embarcations légères. Les pirates lui demandèrent vingt talents  pour sa rançon : il se moqua d’eux, de ne pas savoir quel était leur prisonnier, et il leur en promit cinquante. Il envoya ensuite ceux qui l’accompagnaient dans différentes villes pour y ramasser la somme, et demeura avec un seul de ses amis et deux domestiques, au milieu de ces Ciliciens, les plus sanguinaires des hommes. Il les traitait avec tant de mépris que, lorsqu’il voulait dormir, il leur envoyait commander de faire silence. Il passa trente-huit jours avec eux, moins comme un prisonnier que comme un prince entouré de ses gardes.

Plein d’une sécurité profonde, il jouait et faisait avec eux ses exercices, composait des poèmes et des harangues, qu’il leur lisait ; et ceux qui n’en étaient pas touchés, il les traitait en face d’ignorants et de barbares. Souvent il les menaça, en riant, de les faire pendre. Us aimaient cette franchise, qu’ils prenaient pour une simplicité et une gaieté naturelles. Dès qu’il eut reçu de Milet sa rançon, et qu’il la leur eut payée, le premier usage qu’il fit de sa liberté, ce fut d’équiper des vaisseaux du port de Milet, pour tomber sur les brigands : il les surprit à l’ancre dans la rade même de l’île ; il les fit presque tous prisonniers, et s'empara de tout leur butin. Il les remit en dépôt dans la prison de Pergame, et alla trouver Junius, à qui il appartenait, comme préteur d’Asie, de les punir. Junius jeta un œil de cupidité sur l’argent, qui était considérable, et dit qu’il examinerait à loisir ce qu’il ferait des prisonniers. César, laissant là le préteur, retourna à Pergame, et fit mettre en croix tous les pirates, comme il le leur avait souvent annoncé dans l’île avec un air de plaisanterie »

Leur puissance était telle que la guerre était devenue inévitable. Des vastes zones de la Cilicie étaient la base à partir de laquelle opéraient des hordes de pirates. A partir de là ils infestaient la Mer Méditerranée et causaient un arrêt quasi-total du commerce maritime. En 67 av. J.-C., Pompée sera chargé de les éliminer et aura des pouvoirs extraordinaires pendant une durée de 3 ans (Lex GAbinia) qui permettront à Pompée d’avoir le contrôle absolu sur la Mer Méditerranée, le pouvoir de puiser dans le Trésor public et une flotte de 200 navires.




Voici de quelle manière Dion Cassius nous relate le danger des pirates et leur modus operandi :

Dion Cassius , Histoire romaine, XXXVI, 18-20

«  Je raconterai maintenant ce qui se passa au sujet de Pompée. Les pirates ne cessaient d'inquiéter les navigateurs, comme les voleurs inquiétaient. les habitants du continent. Sans doute il n'y a pas eu d'époque où il n’en ait été ainsi, et ces brigandages se perpétueront tant que la nature humaine sera la même. Cependant ils n'avaient été commis jusqu'alors, sur terre et sur mer, que dans certains endroits, durant la belle saison, et par un petit nombre d'hommes; mais depuis que des guerres continuelles avaient en lieu simultanément dans plusieurs pays, que beaucoup de villes avaient été détruites, que leurs habitants; fugitifs trouvaient partout le châtiment suspendu sur leur tête, et qu'il n'y avait plus de retraite sûre pour personne, une foule de malheureux s'étaient jetés dans le brigandage. On put plus aisément le détruire sur le continent, où il frappait davantage les regards des populations, où le dommage: se faisait sentir de près, et où les moyens de répression n'étaient pas difficiles : sur la mer, au contraire, il prit le plus grand accroissement. Et en effet, tandis que les Romains étaient occupés sans relâche à combattre contre leurs ennemis, les pirates accrurent beaucoup leurs forces, parcoururent diverses mers et s'adjoignirent tous ceux qui se livraient au même genre de vie qu'eux : quelques-uns même secoururent plusieurs peuples, à titre d'alliés.

(…)Ce n'était plus eu petit nombre, mais avec des flottes considérables qu'ils infestaient les mers : ils eurent des généraux et se firent un grand nom. Dans le principe ils cherchaient de préférence à piller et à emmener de force ceux qui naviguaient ; ils ne les laissaient point tranquilles pendant l'hiver ; car leur audace, l'habitude et le succès leur faisaient affronter la mer avec confiance, même dans cette saison. Ensuite, ils attaquèrent aussi ceux qui se tenaient dans les ports
.
(…) Enhardis par ces succès, ils descendirent sur la terre ferme et firent beaucoup de mal, même à ceux qui ne fréquentaient pas la mer : ils attaquèrent les alliés que Rome avait hors de l'Italie et l'Italie elle-même. Persuadés qu'ils feraient là un plus riche butin et qu'ils inspireraient plus de terreur aux autres peuples, s'ils n'épargnaient pas cette contrée, ils abordèrent dans diverses villes du littoral et jusque dans Ostie. Ils brûlèrent les vaisseaux et pillèrent tout ce qui tomba sous leur main. Enfin, comme personne ne réprimait leurs excès, ils séjournèrent longtemps à terre et mirent en vente, avec autant de sécurité que s'ils avaient été dans leur propre pays, les hommes qu'ils n'avaient pas tués et les dépouilles qu'ils avaient enlevées. Ils portaient le pillage, ceux-ci dans un endroit, ceux-là dalla un autre (car les mêmes pirates ne pouvaient infester ensemble toute la mer) ; mais ils étaient si étroitement unis, qu'ils envoyaient de l'argent et des secours même à ceux qui leur étaient tout à fait inconnus, comme à leurs meilleurs amis
»




Grâce aux talents de Pompée et aux moyens mis à disposition du général,  
Il ne lui faudra pas plus de 6 mois pour venir à bout des pirates (10'000 tués, 20'000 prisonniers). Il sera se montrer magnanime envers ces brigands. En effet, selon Appien :



Appien, Mithridatique, Chapitre XXIV, 96

(….) De là, il alla à Brindes et, partant de là, il passa un temps égal à visiter le secteur oriental. Il étonna tout le monde par la rapidité de ses mouvements, l'importance de ses préparatifs et sa réputation formidable de sorte que les pirates qui avaient compté l'attaquer d'abord ou prouver au moins qu'il n'était pas facile de les combattre, prirent aussitôt peur, abandonnèrent leurs attaques sur les villes qu'ils assiégeaient et s'enfuirent vers leurs citadelles et leurs mouillages accoutumés. Ainsi la mer fut aussitôt dégagée par Pompée, sans combat, et les pirates furent capturés partout par les préteurs dans leur secteur respectif.

Pompée lui-même se hâta vers la Cilicie avec des forces diverses et beaucoup d’engins, pensant qu’il lui faudrait supporter toutes sortes de combats et de sièges en raison de l'escarpement des forteresses, mais il n'eut besoin de rien. La terreur qu’inspirait son nom et l’ampleur de ses préparatifs avaient provoqué la panique chez les pirates. Ils espéraient, en ne résistant pas, être traités avec clémence. D'abord, ceux qui tenaient Cragos et Anticragos, leurs plus grandes forteresses, se rendirent, et après eux, les montagnards de Cilicie, et, finalement tous, les uns après les autres. Ils abandonnèrent en même temps une grande quantité d'armes, certaines terminées, d'autres en cours de fabrication, ainsi que leurs vaisseaux, certains toujours en construction, d'autres déjà à flot, et aussi le bronze et le fer destinés aux navires, la toile pour les voiles, les cordages et toutes sortes de matériaux, et finalement une multitude de prisonniers retenus pour une rançon ou enchaînés pour le travail. Pompée brûla les matériaux, emmena les navires, et renvoya les captifs dans leurs pays respectifs. Bon nombre d'entre eux trouvèrent en rentrant leurs propres cénotaphes parce qu’on les croyait morts. Ces pirates qui en étaient sans doute arrivés à ce mode de vie non par malignité, mais par la misère provoquée par la guerre, Pompée les installa à Mallos, Adama, Épiphanie et dans toutes les autres villes inhabitées ou peu peuplées de la Cilicie Rocheuse. Il envoya certains d'entre eux à Dymé en Achaïe. Ainsi la guerre contre les pirates, qu'on avait crue très difficile, fut terminée par Pompée en quelques jours. Il captura soixante et onze navires, trois cents six se rendirent, il prit cent vingt de leurs villes, forteresses et bases de départ. Environ dix mille des pirates furent massacrés au cours des combats.



Plusieurs monnaies feront référence aux talents maritimes du général. Voici quelques exemples.



Ce denier fut frappé par Pison (Cn. Calpurnius Piso, lequel prétendait descendre d’un des fils de Numa) qui appartenait aux forces pompéiennes. A l’avers Numa Pompilius, le roi mythiqu. Au revers la proue se réfère aux innombrables victoires navales de Pompée.


Cnaeus Pompeius Magnus AR Denarius. Military mint travelling with Pompey, 49 BC. CN•PISO PRO•Q•, Head of Numa Pompilius right wearing diadem inscribed NVMA /Prow of galley right; MAGN above; PRO•COS below. BMC 62; Crawford 446/1; Calpurnia 30. 3.89g, 18mm, 7h.



Ce denier frappé en 48 av. J.-C, juste avant la défaite contre César, commémore à la fois les victoires navales contre les pirates (dauphin) et la défaite du roi Mithridates Vi du Pont (aigle) ainsi que l’annexion de son territoire par Pompée. A l’avers, le buste de Jupiter. Entre l’aigle et le dauphin un sceptre, symbole de l’imperium.



Pompey the Great (49 BC). AR denarius (20mm, 3.80 gm, 6h). Mint traveling with Pompey in Greece. Terentius Varro, proquaestor. VARRO. PRO. Q, terminal bust of Jupiter right, diademed / MAGN. PRO/COS in two lines in exergue, upright scepter between dolphin and eagle standing left. Crawford 447/1a



Le fils Pompée le jeune frappa également des deniers. Après la défaite du père, il s’installera en Espagne, où les dernières forces pompéiennes seront stationnées pendant plusieurs années. Un atelier (Cordue ?) aura la tâche de frapper des deniers pour les troupes.
Le denier ci-dessous symbolise le soutien de ces provinces au camp pompéien. Au revers un soldat débarque et serre la main à la personnification de l’Espagne.




Cn. Pompeius Junior with M. Minatius Sabinus. Denarius, Spain 46-45, AR 4.07 g.
IMP – CN•MAGN Head of Cnaeus Pompeius Magnus r. Rev. PR•Q Personification of Corduba, turretted, standing r. amidst heap of arms, holding transverse spear in l. hand and grasping with r. the hand of Pompeian soldier disembarking from ship; in exergue, M•MINAT / SABIN.
B. Minatia 2 and Pompeia 11. C 5. Sydenham 1036. T. V. Buttrey, ANSMN 9, 1960, p. 76, type A and pl. VII, obv. -, rev. a. Crawford 470/1a.




une variante du même message



Cnaeus Pompeius Junior with M. Minatius Sabinus
Denarius, Spain 46-45, AR 3.80 g. IMP – CN•MAGN Head of Cn. Pompeius Magnus r. Rev. PR•Q Pompeian soldier between the personification of two Spanish cities, the one on the l. raising her r. hand to great him and the one on the right kneeling to present him with shield; in exergue, M•MINAT / SABI. Babelon Minatia 3 and Pompeia 12. C 9. Sydenham 1037. T. V. Buttrey, ANSMN 9, 1960, p. 77, type B and pl. VII, obv. 1, rev. e. Sear Imperators 52. Crawford 470/1b




Après la défaite contre César et l’assassinat de Pompée le Grand les forces pompéiennes s’établissent d’abord en Afrique, ensuite en Espagne où ils formeront une autre armée prête à écraser César. L’affrontement entre les 2 camps aura lieu en 45 av. J.-C. à Munda, au sud de l’Espagne.  La défaite du camp pompéien est complète. Gnaeus Pompeius périra tout de suite après la défaite, Sextus Pompée réussira à s’échapper .

En 44 César est assassiné ; le pouvoir sera partagé entre Octave, Marc Antoine et Lépide : c’est le Second Triumvirat. L’année suivante, sous l’instigation d’Octave, Sextus est déclaré ennemi public ; il ne lui reste plus que prendre de nouveau la fuite et prenant le contrôle de la Sicile.

Dion Cassius nous parle de l’arrivée de Sextus en Sicile :



Dion Cassius, Histoire romaine, XLVIII, 19

Sextus devint par là maître de l'île entière, et fit mourir Bithynicus, sous prétexte qu'il avait conspiré contre lui ; il donna des spectacles comme après une victoire et fit livrer par les captifs, sur le détroit, en face même de Rhegium, de manière à être vu de ses adversaires, un combat naval où il mettait aux prises, pour se moquer de Rufus, des bateaux de bois contre des bateaux de cuir. Ensuite, il construisit des vaisseaux en grand nombre, établit sa domination sur tout le littoral, et poussa la présomption et l'orgueil jusqu'à se regarder comme fils de Neptune, parce que son père avait eu autrefois le commandement sur toute l'étendue de la mer.

Voilà ce qu'il fit tant que le parti de Cassius et celui de Brutus furent encore debout; eux morts, plusieurs de leurs partisans, entre autres L. Statius, se réfugièrent près de lui. Sextus l'accueillit d'abord avec joie (Statius amenait avec lui le corps qu'il commandait), mais ensuite, voyant en lui un homme d'action et de sentiments élevés, il le fit mourir sous prétexte de trahison. A partir de ce moment, s'étant mis à la tête de la flotte de Statius et d'une multitude d'esclaves qui accouraient d'Italie, il accrut considérablement sa puissance. En effet, le nombre des fugitifs était tel que les Vestales, dans les sacrifices, demandaient aux dieux d'arrêter cette désertion.




Sextus remportera des batailles importantes contre la flotte d’Octave, notamment en 42 av. J.C (Rhegion) et en 37 av. J.-C (Messine). Sextus croit à sa bonne étoile. En effet, toujours selon Dion Cassius (Histoire romaine, XLVIII, 48)

(…). Cet accident fit que César désespéra de s'emparer de la Sicile et se contenta de garder les côtes maritimes. Sextus en conçut plus d'orgueil encore qu'auparavant; il se crut réellement fils de Neptune, et se revêtit d'une longue robe de couleur azurée; il jeta dans le détroit des chevaux, et même, au rapport de certains auteurs, des hommes vivants. II pilla en personne et ravagea l'Italie, et envoya Apollophane en Libye. Ménas, ayant donné la chasse à Apollophane et l'ayant atteint, lui fit éprouver des dommages.




Florus nous présente un sacrifice étonnant accompli par Sextus (Florus, Livre IV, 8)

IL ravagea Pouzzoles, Formies, Vulturne, enfin toute la Campanie, Ponties et Aenarie, et même l'embouchure du Tibre; puis, attaquant les navires de César, il les incendia et les coula. Il avait d'ailleurs pour auxiliaires Ménas et Ménécrate, de vils esclaves qu'il avait mis à la tête de sa flotte et qui faisaient la guerre de course le long des côtes. En reconnaissance de tous ces succès il immola à Pélore cent boeufs ornés d'or et précipita dans la mer un cheval vivant également couvert d'or. Il faisait ces présents à Neptune, afin que le maître de la mer le laissât régner sur la sienne.


Pendant l’occupation de la Sicile plusieurs deniers seront frappés. La chronologie pose des problèmes, la plus acceptée étant celle de Crawford. D’ailleurs S. Estiot a écrit un joli article sur les problèmes de datation des deniers ci-dessous.



Voici quelques deniers célèbres :


Le premier denier est frappé par Q Nasidius vers 44-43 av. J.-C, préfet de la flotte et fidèle soutien de Sextus. Il s’agit d’un denier de restitution du fils Sextus pour le père. Au revers le buste du père avec les attributs de Neptune, soulignant la filiation pompéienne au dieu de la mer et le talent du père dans les batailles navales. Au revers, un navire de guerre.




Sextus Pompeius and Q. Nasidius. Denarius, mint moving with Sextus Pompeius 44-43, AR 4.03 g.
NEPTVNI downwards, Head of Cn. Pompeius Magnus r.; below head, dolphin and in field r., trident. Rev. Galley sailing r.; in field l., star. Below, Q•NASIDIVS.
FFC 29. B. Pompeia 28 and Nasidia 1. C 20. Sydenham 1350. Sear Imperators 235. Crawford 483/2.








Le deuxième est rarissime. La date d’émission et l’atelier ne sont pas clairs. Certains auteurs identifient l’atelier en Sicile, d’autres à Marseille (comme le premier ci-dessus). Les dates divergent entre 42 et 38 av. J.-C. Toujours frappé par le commandant Nasidius. A l’avers on trouve toujours Pompée le grand avec ses attributs, au revers une scène de bataille navale.



Sextus Pompeius and Q. Nasidius. Denarius, Sicily 42-38, AR 3.80 g. NEPTVNI Head of Cn. Pompeius Magnus l.; below neck truncation, dolphin and in field l., trident. Rev. Sea-battle with two ships on each side; below, Q•NASIDIVS. Babelon Pompeia 30 and Nasidia 21. C 21. Sydenham 1351. Sear Imperators 236. Arma et Nummi pl. 11, 282. Crawford 483/1.




Le denier suivant a été frappé entre 42 et 40 av. J.-C. (selon Crawford). Sur l’avers, le buste de Neptune, au revers, un trophée naval composé d’un trident, un casque, un aplustre et une proue. Dans la partie inférieure on voit 2 têtes du monstre Scylla. Le tout posé sur une ancre
.
La filiation avec Neptune est clairement revendiquée et les victoires navales gravées au revers. Toujours au revers il rappelle le fait que après la mort de César, le Sénat lui decerné le titre de « Commandant en chef de la Flotte et des côtes italiennes » (praefectus classis et orae maritimae ). Je demande aide à un latiniste pour la traduction de ce passage




Sextus Pompey AR Denarius. Uncertain mint in Sicily (Catania?), 42-40 BC. MAG PIVS IMP ITER, diademed and bearded head of Neptune right; trident over left shoulder / Naval trophy set on anchor, top of trident visible above helmet; the arms composed of the stem of a prow in right and aplustre in left; two heads of Scylla at base; PRAEF CLAS ET ORAE MARIT EX S C around. Crawford 511/2a; RSC 1a; Sydenham 1347; Sear 333. 3.60g, 18mm, 12h




Le denier suivant est un des plus beaux de la république Taing . Frappé vers 39-40 av. J.-C. en Sicile. L’iconographie est sublime. A l’avers on trouve le phare de Messine et un bateau symbolisant le flotte de Sextus qui a  trouvé refuge dans le port de la ville après la tempête au lendemain de la bataille navale contre la flotte d’Octave.

Au revers le mostre Scylla symbolisé par un corps de femme dans la partie supérieure et en 2 queues de poisson et 3 chiens.  Le revers fait allusion à la victoire de Sextus contre la flotte octavienne au Cap Scyllaeum. Au lendemain de la bataille, une forte tempête achèvera la flotte d’Octave.




Sextus Pompey. AR-Denarius, 3,97 g.Sicily. c. 39-40.
MAG PIVS IMP ITER Pharos of Messana surmounted by statue of Neptune,ship before. Rev.: PRAEF ORAE MARIT ET CLAS S CRIT ET CLASPRAEF ORAE MARIT ET CLASS C Scylla, wielding rudder with both hands.






J’ajoute dans la liste un dernier denier des plus intéressants. Il s’agit d’un autre denier de restitution de Pompée le Grand par son fils Sextus. A l’avers on trouve le buste de Pompée le Grand. Les frères catanéens sont figurés au revers. D’après la tradition ce sont 2 frères qui ont sauvé leurs parents d'une éruption de l'Etna en les portant sur leurs épaules.

L’identification des fils de Pompée aux 2 frères catanéens ne manque pas de coulot !





Sextus Pompey. Denarius, Sicily circa 42–40, AR 3.72 g.
MAG•PIVS•IMP•ITER Head of Cn. Pompeius Magnus r.; behind jug and before, lituus.
Rev. Neptune standing l., foot on prow, between the brothers Anapias and Amphinomus, with their parents on their shoulders; in exergue, CLAS•E.T•ORAE / MARIT•EX•S•C.
Cr. 511/3a. Syd. 1344. B. Pompeia 27. C 17. FFC Pompeius 26.





Je termine avec la présentation de la ville de Messine faite par Strabon, lequel cite également cette tradition.


Strabon, Géographie, VI, 2, 3

Revenons aux villes actuellement subsistantes qui se succèdent le long de ce côté de la Sicile. Messéné, qui s'offre à nous la première, est située au fond d'un golfe, sorte d'angle très aigu et en façon d'aisselle, que forme le Pelorias en se repliant brusquement à l'est. Le trajet de Messéné à Rhegium mesure 60 stades, celui de Messéné à Colonne-Rhégine est beaucoup moindre.

C'est une colonie de Messéniens du Péloponnèse, qui, en s'établissant dans cette ville, lui a donné le nom qu'elle porte actuellement ; antérieurement, elle avait porté celui de Zanclé, qui rappelait la disposition oblique, anguleuse du lieu qu'elle occupait (et en effet zagklos est un vieux mot qui a le même sens que skolios), et c'étaient les Naxiens des environs de Catane qui l'avaient bâtie. Plus tard les Mamertins, Campaniens d'origine, vinrent augmenter le nombre de ses habitants ; puis les Romains en firent leur place d'armes dans cette première guerre contre les Carthaginois, dont la Sicile fut le théâtre ; enfin Sextus Pompée y eut le gros de sa flotte tout le temps qu'il lutta contre César-Auguste, et c'est de là qu'il s'enfuit, lorsqu'il vit qu'il ne pouvait plus tenir en Sicile.

Un peu au-dessus de la ville, au sein même du Détroit, se trouve le gouffre de Charybde, gouffre sans fond, dans les tourbillons duquel sont entraînées et viennent se perdre inévitablement les embarcations qui se sont laissé surprendre par les courants contraires du détroit. Les débris de tous ces naufrages sont ensuite portés vers la plage de Tauromenium, et celle-ci en a reçu le surnom de Copria. Les Mamertins, avec le temps, ont su prendre un tel ascendant sur les Messéniens qu'ils sont devenus, on peut dire, les maîtres de la ville : aussi n'est-ce plus le nom de Messéniens qu'on emploie aujourd'hui pour désigner les habitants de Messéné, mais toujours le nom de Mamertins.

Le vin même de cet excellent cru, capable, on le sait, de rivaliser avec les meilleurs vins d'Italie, n'est plus connu sous le nom de Messénien, mais bien sous celui de Mamertin. La ville d'ailleurs est passablement peuplée, moins pourtant que Catane, depuis que celle-ci a reçu des colons romains. Tauromenium est la moins peuplée des trois ; et, tandis que Catane a eu, comme Zanclé, les Naxiens mêmes pour fondateurs, ce sont les Zancléens d'Hybla qui l'ont bâtie. Catane, du reste, perdit momentanément sa population naxienne, elle reçut à la place une colonie qu'avait envoyée Hiéron, tyran de Syracuse, et vit du même coup substituer le nom d'Aetna à son nom primitif. C'est à cette fondation de Hiéron que Pindare fait allusion dans le passage suivant :

«Prête l'oreille à ce que je vais dire, grand roi, dont le nom rappelle nos pieux sacrifices, grand roi, fondateur d'Aetna».

Mais, après la mort de Hiéron, les Catanéens rentrèrent dans la ville, en chassèrent les nouveau-venus et renversèrent le tombeau du tyran. Ainsi expulsés, les Aetnéens allèrent s'établir dans un canton de l'Aetna, appelé Innesa, à 80 stades de distance de Catane, et y bâtirent une autre ville qu'ils appelèrent de ce même nom d'Aetna et qu'ils placèrent, tout comme s'il l'eût fondée, sous les auspices de Hiéron. Catane se trouvant située juste au pied de l'Aetna, c'est son territoire qui a le plus à souffrir des éruptions du volcan : la proximité est telle en effet que tout y est de prime abord envahi par la lave. On connaît le pieux dévouement d'Amphinomos et d'Anapias, chargeant leur père et leur mère sur leurs épaules et les sauvant ainsi des dangers d'une éruption : c'est ici, à Catane même, que la tradition place cette scène touchante.







salut5  salut5  salut5  salut5  salut5







Dernière édition par simo75 le Mar 17 Fév - 8:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
BRUTUS

Age : 56
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 1:00

bienvenue Yes bravo2 pour cet exposé très sympa ....!!

Pompée avait un leonberg .....?? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simo75
COS VI
COS VI
simo75

Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 1:03

Merci!

Non il n'avait pas de chien et moi non plus mais j'ai déjà reçu un message m'avertissant qu'une photo n'est pas la bonne. Quelle photo tu vois avec le chien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BRUTUS
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
BRUTUS

Age : 56
Localisation : Bourgogne nord
Date d'inscription : 07/10/2009

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 1:18

L'aureus au quadrige est un joli chien chien....!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emblémiste
Légendaire Modérateur
Légendaire Modérateur
Emblémiste

Age : 81
Localisation : Brasilia
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 3:42

Cher simo, très intéressant, merci! Mais ton chien est beau aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
simo75
COS VI
COS VI
simo75

Age : 43
Date d'inscription : 10/08/2012

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 9:24





c'est Tinypic qui déconne, j'ai même pas de chien lol!


ça devrait être bon maintenant, dans le cas contraire envoyez un message lol!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EKPITO
modérateur
modérateur
EKPITO

Age : 35
Localisation : entre Eduens , Séquanes et Lingons
Date d'inscription : 23/12/2011

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 12:12

super merci pour ces éclaircissements ,

et quelles monnaies de folies

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IOVI
AVGVSTVS
AVGVSTVS
IOVI

Age : 52
Localisation : L'Olympe en Vaucluse
Date d'inscription : 06/02/2008

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 14:56

Super post comme je les aime : de quoi lire, de quoi voir ! bravo2 bravo2 bravo2 merci merci merci merci

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesmonnaiesdeprobus.blogspot.com/
numisfrance
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
numisfrance

Age : 44
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 01/07/2009

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 16:31

Très bon article qui va intéresser bien au delà des cercles républicains
bravo2 Bravo12 faim7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://numisfrance.free.fr
proklès
Cos II des III
Cos II des III
proklès

Age : 41
Date d'inscription : 13/01/2014

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mar 17 Fév - 22:40

merci pour ce post très agréable à lire, joliment illustré et bien documenté! Bravo12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lc.cx/X2G
alwin1
modérateur
modérateur
alwin1

Date d'inscription : 25/08/2007

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mer 18 Fév - 1:47

Tout a été dit mais je plussoie Very Happy super

_________________


Dernière édition par alwin1 le Jeu 19 Fév - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dardanvs
Prefet de l'Vrbs
Prefet de l'Vrbs
Dardanvs

Age : 34
Localisation : Alpes de haute provence
Date d'inscription : 17/05/2011

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Mer 18 Fév - 16:21

alwin1 a écrit:
Tout a été dit mais je plussoie Very Happy super

supermerci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echange-passion.superforum.fr/
septimus
Proconsul
Proconsul
septimus

Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 12/12/2007

MessageSujet: Re: Pompée et la mer   Jeu 19 Fév - 14:30

J'attends d'avoir un peu de temps pour lire ce post, ça a l'air passionnant! bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://septimus-coins.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pompée et la mer   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pompée et la mer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pouget, Anne] Les derniers jeux de Pompéi
» Lakshmi à Pompéi
» BIBLIOTHEQUE ROSE ET BIBLIOTHEQUE VERTE
» Bon Anniversaire Vals59
» chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Numismatique de l'antiquité :: MONNAIES DE LA REPUBLIQUE ROMAINE :: Monnaies de la République Romaine-
Sauter vers: